Actualités

IMMUNITÉ : Booster les centres germinatifs des cellules B

Actualité publiée il y a 1 semaine 6 jours 19 heures
Cell
Les centres germinatifs, des sortes de « centres d’entraînement » où les lymphocytes B apprennent à perfectionner les anticorps jouent un rôle clé dans l'immunité (Visuel Adobe Stock 150155835)

Cette équipe de de l’Université Rockefeller (New York) décrit le rôle clé des centres germinatifs, des sortes de « centres d’entraînement » où les lymphocytes B apprennent à perfectionner les anticorps qu'ils déploient contre des virus et des bactéries spécifiques. Ainsi, si les cellules B sont les usines à munitions du système immunitaire, ces minuscules structures biologiques que sont ces centres germinatifs sont des installations critiques tout aussi pour le développement de l’immunité.

Ces travaux, publiés dans la revue Cell, incitent à mieux comprendre le fonctionnement des centres germinatifs, en particulier pour développer des vaccins plus efficaces.

 

L’étude révèle notamment pourquoi certains centres germinatifs persistent pendant des mois plutôt que seulement durant quelques semaines, ce qui suggère une nouvelle clé pouvant favoriser la conception de vaccins pouvant apporter une protection durable.

Zoom sur les centres germinatifs

Les centres germinatifs : ces compartiments se forment dans les tissus lymphatiques du corps peu de temps après la vaccination ou l'infection. Une fois à l'intérieur d'un centre germinatif, les cellules B développent rapidement des mutations qui permettent, grâce à un processus de sélection naturelle, aux cellules B qui se lient le plus efficacement aux antigènes cibles de survivre. Ces cellules B « supérieures » deviennent alors soit des cellules plasmatiques, des usines d'anticorps qui sécrètent de grandes quantités d'anticorps dans le sérum, soit des cellules B mémoire, qui patrouillent dans le corps à la recherche de signes de retour du pathogène qu'elles ont préalablement combattu.

 

« La mission du centre germinatif est de générer des plasmocytes de haute affinité et des lymphocytes B mémoire, qu'il exporte ensuite », explique l’un des auteurs principaux, Renan V.H. de Carvalho, chercheur à l'Université Rockefeller.

 

L'étude : Observés chez la souris, les centres germinatifs se ferment pour la plupart après quelques semaines, une fois atteint leur objectif de production de lymphocytes B de haute affinité.

Mais d’autres centres, qui se forment en réponse à certaines infections respiratoires peuvent rester en activité pendant plus de 6 mois,

soit environ le quart de la durée de vie normale de la souris.

 

Pourquoi certains centres germinatifs ont une si longue durée de vie ? Comprendre les processsus sous-jacent à cette durabilité de certains centres germinatifs permettrait d’optimiser la protection, et en particulier sa durée- apportée par la vaccination. L’étude a consisté à infecter des souris avec des virus de la grippe et du SRAS-CoV-2, à attendre et observer la formation de centres germinatifs, puis à séquencer les gènes d'anticorps des cellules B récoltés dans ces centres au cours de 24 semaines. Les scientifiques constatent que :

 

  • l'optimisation des anticorps atteint un pic après 12 semaines, puis régresse, alors même que le centre restait actif ;
  • cette chute des anticorps s’avère liée à l'introduction continue de cellules B « naïves », c’est-à-dire qui ne se sont pas  développées dans les centres germinatifs. Ce qui suggère à nouveau la fonction critique de ces structures dans le développement d’une immunité ;
  • après plusieurs semaines ou mois, les cellules B fondatrices qui avaient initialement ensemencé les centres germinatifs à longue durée de vie sont progressivement remplacées par des cellules naïves, de sorte que seule une infime fraction des centres germinatifs tardifs perdure ;
  • enfin, ces centres germinatifs à longue durée de vie ne sont pas spécifiquement associés à une réaction unique ciblant les antigènes d'un agent pathogène particulier : ce qui suggère encore leur potentiel clé dans le développement de l’immunité.

 

« Même si elles constituent plus tard qu’une petite fraction du nombre total de cellules B, les cellules fondatrices qui restent longtemps dans ces centres germinatifs continuent à remplir leur fonction ».

 

Des implications cliniques : outre une meilleure compréhension générale du fonctionnement des centres germinatifs, la découverte de cette dynamique entre les cellules B fondatrices et naïves est une première étape pour exploiter les centres germinatifs à longue durée de vie pour produire des anticorps plus efficaces contre les virus rdangereux, comme la grippe et le SRAS-CoV-2.