Vous recherchez une actualité
Actualités

IMMUNOMÉTABOLISME: Et si tout passait par le microbiote ?

Actualité publiée il y a 2 années 10 mois 3 semaines
Nature Communications

Le système immunitaire utilise certaines bactéries intestinales pour contrôler le métabolisme du glucose, révèle cette étude de de l'Oregon State University, qui, ce faisant, confirme le lien important entre le système immunitaire, les bactéries intestinales et certains troubles métaboliques, dont le diabète. Des résultats, présentés dans la revue Nature Communications qui illustrent non seulement la façon dont différents systèmes peuvent s’équilibrer ou s’affecter, mais à nouveau le rôle clé du microbiote intestinal, dont une bactérie en particulier - Akkermansia muciniphila – qui contribue fortement à réguler le métabolisme du glucose. En perspective, de nouvelles approches probiotiques pour le diabète et d'autres maladies métaboliques.

Un nouveau domaine s'ouvre « l'immunométabolisme » : finalement, ce sont de multiples connexions et communications, ce que les auteurs appellent les « interférences », entre plusieurs grands systèmes de l'organisme (immunitaire, intestinal, métabolique…) qui font aussi le risque de maladies, ici métaboliques : « Un certain nombre d'études ont déjà suggéré que notre système immunitaire, en particulier, est étroitement lié aux fonctions métaboliques, au point qu'un nouveau domaine s'ouvre : « l'immunométabolisme ». Avec les processus d'évolution, les mammifères, dont les humains, ont développé des systèmes fonctionnels qui communiquent entre eux, et les microbiomes sont des acteurs essentiels de ce processus.


Une bactérie " clé ", médiateur immunitaire : l'exemple est donné avec cette bactérie clé du microbiote intestinal, Akkermansia muciniphila, -clé au point qu'elle a été conservée pendant des millions d'années d'évolution pour accomplir cette fonction chez les souris comme chez les hommes : quelle fonction ? Les niveaux de la protéine de IFN-y régule A.muciniphila - déjà documentée comme pouvant affecter le bon fonctionnement du métabolisme du glucose. Si IFN-y aide à lutter contre e multiples infections, une diminution de ses niveaux peut conduire à une amélioration du métabolisme du glucose. La recherche montre que,
· des souris spécialement élevées avec des niveaux réduits de IFN-y ont des niveaux plus élevés de A. muciniphila, et une tolérance au glucose significativement améliorée. Lorsque les taux d'IFN-y sont augmentés, les niveaux de A. muciniphila sont diminués et la tolérance au glucose est réduite.

· Les mêmes observations sont faites chez l'homme. La recherche montre clairement que les 2 systèmes, l'immunité et le métabolisme du glucose sont en fait étroitement liés et que ce sont les bactéries intestinales qui font la liaison. .

Enfin, il y a très probablement bien plus d'une bactérie impliquée dans ce processus de communication et de contrôle métabolique et la communication basée sur les bactéries n'est qu'un exemple d'interférence entre systèmes humains complexes. Alors, en attendant les probiotiques adaptés, il reste l'adhésion à une bonne alimentation, à la pratique de l'exercice et au contrôle du poids pour préserver sa santé métabolique.

PS : Nous remercions Nicolas Couturier pour ses observations sur cet article.

14 November 2016 doi:10.1038/ncomms13329 Akkermansia muciniphila mediates negative effects of IFNγ on glucose metabolism

Plus de 50 études sur le Microbiote

Lire aussi : MICROBIOTE: Un rôle clé dans le métabolisme antioxydant -