Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

IMMUNOSÉNESCENCE : Comment la lipomatose vient à bout des ganglions

Actualité publiée il y a 1 année 1 mois 2 semaines
The Journal of Pathology
Pourquoi les ganglions lymphatiques humains perdent progressivement de leur fonction avec l'âge  (Visuel Adobe Stock 185077367)

Au fur et à mesure que nous vieillissons, la graisse envahit les ganglions lymphatiques, souligne cette équipe de l’Université d'Uppsala (Suède). C’est « la lipomatose ganglionnaire ».

L’équipe explique ainsi dans le Journal of Pathology pourquoi les ganglions lymphatiques humains perdent progressivement de leur fonction avec l'âge et les conséquences de ce processus sur l'efficacité de notre système immunitaire.

 

Les ganglions lymphatiques constituent normalement le siège de notre système immunitaire. Lorsque nous contractons une infection ou recevons un vaccin, les ganglions lymphatiques sont les sites où les cellules immunitaires se rassemblent, s'activent et prolifèrent avant de mobiliser une défense immunitaire efficace. Cependant, avec l’âge, le tissu normal des ganglions lymphatiques (le stroma) est progressivement remplacé par du tissu adipeux (graisse). Le phénomène est connu sous le nom de lipomatose ganglionnaire. Bien que la lipomatose soit fréquente et augmente avec l'âge, le phénomène reste très peu étudié.

Avec l’âge, les cellules de soutien des ganglions lymphatiques (fibroblastes) se transforment en adipocytes (cellules graisseuses).

L’analyse minutieuse de plus de 200 ganglions lymphatiques de l'Uppsala Biobank, combinée à des des expériences utilisant des cultures cellulaires de cellules stromales primaires révèle que :

 

  • la lipomatose commence dans la partie centrale ou médullaire du ganglion lymphatique, et réunit des preuves liant la lipomatose à la transformation des cellules de soutien des ganglions lymphatiques (fibroblastes) en adipocytes (cellules graisseuses) ;
  • des types spécifiques de fibroblastes situés dans la moelle sont plus enclins à devenir des adipocytes ;
  • même aux premiers stades de la lipomatose, des changements négatifs surviennent qui altèrent la capacité du ganglion lymphatique à fournir une immunité efficace ;
  • les vaisseaux sanguins et lymphatiques spécialisés qui fournissent normalement des canaux permettant aux cellules immunitaires d'entrer et de sortir du ganglion lymphatique sont détruits dans les parties du ganglion où la graisse s'est formée.

 

Lipomatose et moindre efficacité de la vaccination : la lipomatose des ganglions lymphatiques, même à un stade précoce, pourrait donc être un facteur clé de réponse réduite à la vaccination chez les personnes âgées. En fin de compte, la graisse prend le contrôle du ganglion lymphatique qui perd toute capacité à fonctionner.

 

Bloquer la lipomatose devient donc un objectif thérapeutique intéressant, chez le patient âgé notamment, en particulier sa progression, qui mène à la destruction du ganglion lymphatique, souligne le chercheur Tove Bekkhus, auteur principal de l'étude.

 

Les auteurs appellent donc leurs collègues qui travaillent sur le vieillissement, à inclure la lipomatose des ganglions lymphatiques leurs recherches sur les réponses des personnes âgées à la vaccination et aux infections. Un processus également très pertinent pour la recherche sur le cancer,

 

car dans plusieurs types de cancer, les ganglions lymphatiques sont une source de propagation des cellules cancéreuses.