Actualités

INFECTION FONGIQUE : Métal plus fort que champignon ?

Actualité publiée il y a 1 semaine 2 jours 20 heures
JACS Au
Combattre les infections fongiques avec des métaux (Visuel Adobe Stock 350604671)

Combattre les infections fongiques avec des métaux, c’est la piste documentée par cette équipe de chimistes de l’Université de Berne, dans le Journal de l’American Chemical Society (JACS) Au, avec un énorme potentiel à la clé.

 

Chaque année, plus d'un milliard de personnes contractent une infection fongique. Bien que dans la plupart des cas ces infections soient traitées, plus de 1,5 million de patients meurent chaque année de leurs complications. L’émergence de souches fongiques résistantes à un ou plusieurs des médicaments disponibles s’accroît et il y a peu de nouveaux médicaments en cours de développement. « Seule une dizaine d'essais d’antifongiques sont en cours à mettre en regard de plus d'un millier pour les médicaments anticancéreux « , précise l’auteur principal, le Dr Angelo Frei du Département de chimie, biochimie et pharmacie de l'Université de Berne.

 

Afin de booster le développement d'agents antifongiques et antibactériens, des chercheurs de l'Université du Queensland en Australie ont fondé un consortium de recherche, CO-ADD, pour ommunity for Open Antimicrobial Drug Discovery. L'objectif est de trouver de nouveaux antimicrobiens et de permettre aux chimistes du monde entier la possibilité de tester gratuitement n'importe quel composé chimique contre les bactéries et les champignons. Jusqu’ici le CO-ADD s’était surtout concentré sur les molécules organiques, qui sont principalement constituées des éléments carbone, hydrogène, oxygène et azote, et ne contiennent aucun métal.

La piste métallique

Cependant, l’équipe s’est rendu compte que plus de 1.000 des plus de 300.000 composés testés contenaient des métaux. S’il existe une idée reçue selon laquelle les métaux sont fondamentalement nocifs, « ce n'est que partiellement vrai », précisent ici les chercheurs. Le facteur décisif est quel est métal utilisé et sous quelle forme.

 

Des composés métalliques à faible toxicité : les scientifiques se concentrent ici sur les composés métalliques qui ont déjà démontré leur activité contre les infections fongiques et testent précisément 21 composés métalliques hautement actifs contre différentes souches fongiques résistantes. Les composés en question contiennent les métaux suivants : cobalt, nickel, rhodium, palladium, argent, europium, iridium, platine, molybdène et or.

 

De nombreux composés métalliques démontrent une bonne activité contre toutes les souches fongiques : ils s’avèrent, pour certains, jusqu'à 30.000 fois plus actifs contre les champignons que contre les cellules humaines. Testés ensuite sur un organisme modèle, un seul des 11 composés métalliques semble présenter des signes de toxicité, tandis que tous les autres sont bien tolérés.

 

Un potentiel considérable : si les composés métalliques ne sont pas nouveaux en médecine, le cisplatine, par exemple, étant l'un des médicaments anticancéreux les plus utilisés, il reste un long chemin à parcourir avant que de nouveaux médicaments antimicrobiens contenant des métaux puissent être approuvés. « En dépit de leur large potentiel, la réputation des métaux reste mauvaise en médecine ».