Vous recherchez une actualité
Actualités

INSUFFISANCE CARDIAQUE : C’est la graisse péricardique qui fait le risque

Actualité publiée il y a 6 mois 1 semaine 3 jours
JACC
L'excès de graisse viscérale située autour du cœur est un facteur majeur d’augmentation du risque d’insuffisance cardiaque, en particulier chez les femmes (Visuel Adobe Stock 167846258).

Ces cardiologues de la Mount Sinai School of Medicine (New York) alertent contre l’excès de graisse viscérale située autour du cœur, un facteur majeur d’augmentation du risque d’insuffisance cardiaque, en particulier chez les femmes. Ainsi, ces travaux publiés dans le Journal of American College of Cardiology (JACC) montrent que les femmes présentant des quantités élevées de graisse péricardique encourent un risque multiplié par 2 d’insuffisance cardiaque et relèvent que l’incidence de l’insuffisance cardiaque est clairement liée à la graisse péricardique que les participants soient maigres, en surpoids ou obèses.

 

Chez les hommes aussi, cet effet est constaté, mais dans une moindre mesure, avec un risque accru de 50% d’insuffisance cardiaque. « Depuis plus de 20 ans, nous savons que l'obésité, basée sur une simple mesure de la taille et du poids (IMC), peut doubler le risque d'insuffisance cardiaque, mais aujourd’hui, grâce aux technologies d'imagerie nous sommes en mesure que c’est précisément l'excès de graisse péricardique, proche du muscle cardiaque, qui accroît ce risque », explique l’auteur principal, le Dr Satish Kenchaiah, professeur agrégé de cardiologie à l'école de médecine Icahn du Mount Sinai.

 

« Nos travaux apportent un outil important pour stratifier les patients selon leur risque d'insuffisance cardiaque ».  Il s'agit en effet de la plus grande étude à démontrer le lien entre la graisse péricardique et l'insuffisance cardiaque, un lien qui suggère une intervention précoce pour prévenir la maladie cardiaque.

Les femmes présentant des quantités élevées de graisse péricardique encourent un risque multiplié par 2 d’insuffisance cardiaque(Visuel JACC)

La graisse péricardique augmente considérablement le risque d'insuffisance cardiaque

Ce consortium de recherche a examiné l'association entre la graisse péricardique et le risque d'insuffisance cardiaque à partir des données des tomodensitométries thoraciques (TDM) réalisées au cours de l’étude MESA (Multi-Ethnic Study of Atherosclerosis), une recherche soutenue par le National Heart, Lung and Blood Institute (NHLBI/NIH). Les chercheurs ont défini le volume de graisse péricardique excédentaire à 70 cm3 ou plus chez les femmes et à 120 cm3 ou plus chez les hommes. L’analyse des données de graisse péricardique notamment, de près de 7.000 participants femmes et hommes âgés de 45 à 84 ans, d’origines ethniques diverses et exempts de de maladie cardiaque à l’inclusion et suivis durant 17 ans révèle que :

 

  • près de 400 d'entre eux ont développé une insuffisance cardiaque ;
  • l’excès de graisse péricardique s’avère associé à un risque plus élevé d'insuffisance cardiaque chez les femmes et les hommes, même après prise en compte des facteurs de confusion possibles dont l'âge, le tabagisme, la consommation d'alcool, le mode de vie sédentaire, l'hypertension artérielle, l'hypertension, la glycémie, un taux de cholestérol élevé et les antécédents de crises cardiaques ;
  • un volume de graisse péricardique élevé augmente le risque de développer une insuffisance cardiaque d'environ 100%, voire du double, chez les femmes et d'environ 50% chez les hommes ;
  • la graisse péricardique s’avère faiblement ou modérément corrélée avec les indicateurs de surpoids ou d'obésité tels que l'indice de masse corporelle (IMC), le tour de taille, le tour de hanche et le rapport taille / hanche ;
  • la graisse péricardique s’avère ainsi un facteur de risque d'insuffisance cardiaque supérieur au surpoids ou à l’obésité : ainsi, la graisse péricardique est clairement associée à de nouveaux cas d'insuffisance cardiaque, que les participants soient maigres, en surpoids ou obèses ;
  • chez un petit groupe de participants ayant subi une tomodensitométrie abdominale pour déterminer la quantité de graisse abdominale sous la peau et dans l'abdomen, la graisse péricardique prédit le risque d'insuffisance cardiaque même après prise en compte l'excès de graisse abdominale : la graisse péricardique apparaît donc un facteur indépendant (des autres types de graisse notamment) d’insuffisance cardiaque ;
  • ce lien entre graisse péricardique et insuffisance cardiaque est similaire dans tous les groupes ethniques représentés dans l'étude.

 

Cette recherche fournit ainsi des preuves solides de l’effet de l'excès de graisse péricardique sur le risque d'insuffisance cardiaque.

 

Les auteurs appellent à de nouvelles recherches sur les moyens de réduire et éviter les dépôts de graisse autour du cœur-autres qu’un simple régime de perte de poids.