Vous recherchez une actualité
Actualités

INSUFFISANCE CARDIAQUE : L’effet apaisant du régime méditerranéen

Actualité publiée il y a 11 mois 4 semaines 1 jour
The Open Inflammation Journal
Le régime occidental, la sédentarité et l’obésité sont reconnus comme des facteurs de risque comportementaux majeurs d'insuffisance cardiaque.

Cette méta-analyse d’une équipe internationale de nutritionnistes indiens, japonais et slovaques réaffirme toute l’importance du régime alimentaire dans le risque et la pathogenèse de l’insuffisance cardiaque et l’infarctus du myocarde. A nouveau, ces données présentées dans l’ Open Inflammation Journal mettent en avant l’effet anti-oxydant et anti-inflammatoire des régimes de type méditerranéen.

 

Le rôle du régime alimentaire dans la pathogenèse de la dysfonction cardiaque reste à préciser. Cependant, on connait les effets néfastes du régime occidental qui entraîne par un excès d’acides gras saturés et de sucres, des niveaux élevés de stress oxydatif et des effets pro-inflammatoires. En revanche, le régime méditerranéen est aujourd’hui reconnu comme l’un des régimes alimentaires protecteur contre les différentes maladies cardio-métaboliques.  

De récentes études de cohorte et des études cas-témoins, citées par les chercheurs, montrent que le régime occidental, la sédentarité et l’obésité sont des facteurs de risque comportementaux majeurs d'insuffisance cardiaque.

Eviter de rentrer dans un état de pré-insuffisance cardiaque

Les chercheurs partent du concept de pré-insuffisance cardiaque, une condition définie comme un état de dysfonctionnement du myocarde, qui annonce un risque élevé de développer une insuffisance cardiaque. La pré-insuffisance cardiaque est caractérisée par un remodelage des muscles cardiaques qui peut contribuer à un pompage satisfaisant du sang, mais s’accompagner, au fil du temps, d’un affaiblissement des parois ventriculaires qui finalement entraîne une insuffisance cardiaque chronique. Dans ce processus, 2 hormones jouent un rôle clé, l'aldostérone et le cortisol. Ces 2 hormones favorisent le remodelage ventriculaire gauche dans le but de prévenir l'insuffisance cardiaque.

 

Le rôle des facteurs nutritionnels : face à l'augmentation rapide de la charge de l'insuffisance cardiaque, des déficiences dans son diagnostic et sa prise en charge précoces, il est important d’identifier de nouveaux facteurs de risque et de nouvelles méthodes d'identification. C’est l’objet de cette analyse qui réexamine le rôle des facteurs nutritionnels à la fois dans la pathogenèse et dans la gestion de l'insuffisance cardiaque.

Il s’agit donc d’une méta-analyse de 3 essais randomisés, contrôlés en simple aveugle, portant squr un total de 1.446 participants dans les groupes d’intervention (régime riche en aliments de type « indo-méditerranéen), vs 1.320 témoins. L’objectif était d’identifier les facteurs de risque comportementaux, les apports alimentaires, l'apport en acides gras et le ratio d'acide gras polyinsaturé (AGPI) / flavonoïdes de diagnostic de la pré-insuffisance cardiaque et de l'insuffisance cardiaque. L’analyse montre :

  • A l’inclusion, l’absence de différence dans les marqueurs de l'insuffisance cardiaque entre les 2 groupes ;
  • A 2 ans, des marqueurs de pré-insuffisance et d’insuffisance cardiaque réduits, dans le groupe d'intervention vs groupe témoin ;
  • l'incidence des arythmies cardiaques s’avère également significativement plus faible -réduite de 51%- dans le groupe d'intervention vs témoin.

 

Des résultats qui confirment l’action anti-inflammatoire du régime méditerranéen, qui devrait être considéré comme un outil «  pour réduire la mortalité cardiovasculaire chez les patients à risque élevé, dont les personnes récemment victimes d’un infarctus du myocarde ou simplement à risque élevé de maladies cardiovasculaires ».

Autres actualités sur le même thème