Vous recherchez une actualité
Actualités

LANGAGE CORPOREL : Et si le sourire n’était plus qu’un outil d’interaction sociale ?

Actualité publiée il y a 2 semaines 1 jour 4 heures
ECCE 2018
La gaieté n'est ni nécessaire ni suffisante pour sourire.

Le sourire reflète-t-il toujours un état intérieur de bonheur, de gaieté ou d’amusement ou comme le suggère la théorie de l'écologie comportementale un outil utilisé dans les interactions sociales ? Cette expérience tend à confirmer cette théorie en suggérant que la gaieté n'est ni nécessaire ni suffisante pour sourire. Sourire ne suggère pas nécessairement que nous sommes heureux, confirme sans surprise ecette étude menée à la Sussex Medical School (BSMS), présentée à l’European Conference on Cognitive Ergonomics (ECCE 2018).

 

Le Dr Harry Witchel, expert en langage corporel et en physiologie à la BSMS, a demandé à 44 participants âgés de 18 à 35 ans de répondre à un quiz sur la géographie composé de 9 questions suffisamment difficiles pour qu’ils donnent souvent de mauvaises réponses. Les participants qui jouaient à ce jeu étaient assis et interagissaient avec un ordinateur, seuls dans une pièce alors que leurs visages étaient enregistrés sur vidéo. Après le quiz, les participants ont été invités à évaluer leur expérience subjective en utilisant une gamme de 12 émotions, dont « ennuyé », « intéressé » et « frustré ». Durant cette évaluation, leurs expressions faciales étaient analysées par ordinateur, image par image, afin de déterminer le degré auquel ils souriaient sur une échelle de 0 à 1.

 

L’engagement, le carburant social du sourire : L’expérience montre que lors de ces interactions homme-machine, le sourire n’est pas motivé par le bonheur mais associé à un engagement subjectif, qui agit comme « un carburant social du sourire, même en socialisant avec un ordinateur ». Ainsi, ici, l'émotion la plus associée au sourire s’avère être « l'engagement » plutôt que le « bonheur ». L’analyse image par image du visage des participants, lorsqu’ils répondent aux 9 questions, tend à confirmer cette théorie :

 

le sourire apparaît juste après que l’ordi les ait informés si leur réponse était correcte ou fausse, et étonnamment, les participants sourient plus souvent quand leur réponse est erronée.

Autres actualités sur le même thème

Pages