Vous recherchez une actualité
Actualités

LAVAGE des MAINS : A l'eau froide c'est tout aussi antibactérien

Actualité publiée il y a 2 années 5 mois 2 semaines
Journal of Food Protection

Ces chercheurs de la Rutgers University rappellent un bon principe d’hygiène de base : le lavage des mains doit être un geste pluriquotidien car il permet une baisse draconienne des infections virales et bactériennes. Mais ils apportent aussi 2 précisions précieuses sur son efficacité : l’eau froide élimine tout autant les germes que l’eau chaude et le savon est aussi efficace qu’un antibactérien. Ce banc d’essai de différentes méthodes de lavage des mains présentés dans le Journal of Food Protection, dont les résultats devront encore être confirmés par de plus larges études, ouvre néanmoins des pistes de révision des recommandations de lavage des mains.

Le lavage des mains, au domicile, c'est d'abord une réduction drastique des infections respiratoires : au savon, c'est une réduction possible de leur incidence mais aussi de 25 % du nombre de décès dus aux infections respiratoires aiguës. A l'hôpital, c'est une baisse de 65% du risque de contamination pour l'entourage d'un patient atteint. C'est aussi un mode de contrôle des infections nosocomiales, comme à Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM) et à C. difficile. Ainsi, les infections liées aux soins (IAS) touchent en Europe, jusqu'à 9% des patients hospitalisés et de 9 à 37% des patients en unités de soins intensifs. Elles entraînent, selon l'Organisation mondiale de la Santé jusqu'à 135.000 décès en Europe, chaque année. Cette étude qui a porté plus spécifiquement sur les bactéries E. coli, principales causes d'intoxication alimentaire révèle que l'utilisation d'eau froide est tout aussi efficace, avec du savon bien sûr.


Cette étude expérimentale visait à évaluer l'efficacité des techniques de lavage des mains en fonction de différents facteurs, dont le volume de savon, la température de l'eau et le temps de lavage. Les chercheurs ont recruté 20 volontaires de l'Université Rutgers pour participer à cette étude, 10 hommes et 10 femmes âgés de 25 ans en moyenne. Les participants ont été invités à ne pas utiliser de savon antimicrobien ou de désinfectant pour la durée totale de l'étude. Ils ont « reçu », sur les mains, avant de commencer l'expérience, 1 ml de solution comportant une souche E coli non infectieuse. L'expérience a évalué :

-le temps de lavage (5, 10, 20 et 40 secondes)

-le volume de savon utilisé (0,5, 1,0 et 2,0 ml)

-la température de l'eau (15, 26 et 38° C)

-la formulation du produit désinfectant (savon simple et anti-antimicrobien)

Chaque variable était modifiée en conservant les autres variables constantes. Des prélèvements ont été recueillis à partir des mains des participants immédiatement après leur lavage. L'analyse montre que :

-l'utilisation d'un savon antimicrobien n'est pas plus efficace que le savon ordinaire pour éliminer les bactéries,

-la température de l'eau n'est pas un facteur d'efficacité du lavage,

-un lavage pendant 30 secondes permet de réduire considérablement le nombre de bactéries par rapport à un lavage plus rapide, de 15 secondes environ.

-le temps de « savonnage » ne joue pas non plus sur l'efficacité du savon antimicrobien.

Cette petite étude montre ainsi que la température de l'eau et la formulation du savon ne sont pas des facteurs critiques d'efficacité à éliminer les germes lors du lavage des mains. En revanche, le temps de lavage est important. Ces données suggèrent aussi une efficacité plus large et systématique du lavage des mains : car point besoin d'eau chaude ou de produits antimicrobiens. Certes ces données devront être confirmées par des études plus larges mais elles ouvrent des pistes d'amélioration des recommandations.

N.B. Cette étude a été cofinancée par GOJO Industries, un fabricant américain de savon et de produits de désinfection

May 15 2017 DOI: 10.4315/0362-028X.JFP-16-370 Quantifying the Effects of Water Temperature, Soap Volume, Lather Time, and Antimicrobial Soap as Variables in the Removal of Escherichia coli ATCC 11229 from Hands

Plus d'études sur le Lavage des mains

Autres actualités sur le même thème