Vous recherchez une actualité
Actualités

LONGÉVITÉ: Mais quel est le sport qui permet de vivre le plus longtemps ?

Actualité publiée il y a 2 années 10 mois 3 semaines
British Journal of Sports Medicine

Choisir une activité que l'on aime rend la pratique de l’exercice plus facile et plus durable. Cette étude portant sur l'impact des sports individuels sur la longévité révèle que ceux qui pratiquent les sports de raquette réduisent leur risque de décès prématuré d'environ 47%. Mais à chacun son sport : Ces nouvelles données présentées dans le British Journal of Sports Medicine montrent que cyclisme, natation et aérobic apportent aussi un plus de longévité non négligeable.

En revanche -et certains seront déçus- pratiquer le rugby, le foot ou la course à pied – même si ces données s'expliquent par le faible nombre de décès dans l'échantillon- ne semble pas bénéfique en termes de longévité …Enfin, dans cette étude, le risque de décès associé à ces sports ne semble pas modifié. Enfin, il ne faut pas oublier la marche, qui dans de nombreuses autres études ressort comme le sport par excellence chez les personnes plus âgées qui favorise une autonomie prolongée. Et, plus généralement, que quelle que soit l'activité physique pratiquée et son temps de pratique, elle est toujours bénéfique à la santé.


Les chercheurs de l'UKK Institute (Finlande), de l'Université d'Edimbourg, d'Oxford, de Loughborough et Exeter (UK), de l'Université Victoria et de Sydney (Australie) et de l'Université de Graz (Autriche), ont mené cette étude de cohorte de 9 ans, à partir des données de 8 enquêtes sur la santé en Angleterre et de 3 enquêtes en Écosse. Au total, les chercheurs ont analysé les questionnaires de 80.306 participants, âgé de 52 ans et à plus de 50% des femmes. Les chercheurs ont pris en compte les facteurs de confusion possibles, comme l'âge, le tabagisme et le poids, puis évalué les liens entre la durée de vie et le sport éventuellement pratiqué (vélo, natation, aérobic, maintien en forme, gymnastique, danse, fitness, course ou jogging, marche, football, rugby, badminton, tennis ou squash). L'analyse constate que, sur les 80.306 participants,

· 10,9% (soit 8.790) sont décédés durant la période de suivi de 9 ans,

· le risque de décès prématuré est réduit de :

- 47% pour les sports de raquette,

- 28% pour la natation,

- 27% pour l'aérobic,

- 15% pour le cyclisme.

· Cette réduction n'apparait pas statistiquement significative chez les participants pratiquant la course ou le football.

· Le risque de décès cardiovasculaire (infarctus, AVC) est également réduit avec la pratique de la natation, des sports de raquette et de l'aérobic, mais ce n'est toujours pas le cas avec la course ou le jogging, le cyclisme ou le football.

Ainsi, au-delà des bénéfices fondamentaux de la pratique de tous types d'exercice, certains sports semblent être plus efficaces que d'autres à prévenir le décès prématuré, en particulier ‘origine cardiovasculaire. Des résultats qui peuvent sembler surprenants, en particulier sur le jogging. Mais ces conclusions reposent ici que sur 68 décès constatés chez 4.012 joggers ce qui peut réduire leur signification statistique. Enfin, l'augmentation de la réduction de mortalité prématurée reste, avec les sports désignés faible n valeur absolue.