Vous recherchez une actualité
Actualités

MAL de DOS : La stimulation des ganglions de la racine dorsale inhibe la douleur chronique

Actualité publiée il y a 10 mois 4 semaines 1 jour
ANESTHESIOLOGY® 2018
La stimulation des ganglions de la racine dorsale permet de « perturber » les signaux de douleur en ciblant spécifiquement les nerfs responsables.

Cette recherche présentée à la réunion annuelle Anesthesiology® 2018 révèle que la stimulation des ganglions de la racine dorsale (ganglion rachidien) peut apporter un soulagement à long terme contre les douleurs dorsales. Cette thérapie de stimulation apparaît donc comme une nouvelle option qui s’offre aux patients souffrants de douleurs dorsales résistantes aus traitements standards.

 

La douleur chronique, une douleur qui dure trois mois ou plus, survient lorsque les nerfs continuent à envoyer des signaux au cerveau alors que la source initiale de la douleur a disparu. La stimulation des ganglions de la racine dorsale permet de « perturber » ces signaux de douleur en ciblant spécifiquement les nerfs responsables. Elle permet d’éviter une stimulation inutile des fibres nerveuses provenant de zones non douloureuses (comme c’est le cas avec la stimulation de la moelle épinière). Enfin, cette nouvelle thérapie de stimulation est aussi une alternative aux traitements médicamenteux aux effets secondaires fréquents.

 

Le ganglion rachidien est un groupe de neurones situés de part et d'autre de chaque vertèbre et il agit comme une véritable passerelle de la douleur entre les nerfs de différentes parties du corps, la moelle épinière et le cerveau. La thérapie de stimulation des ganglions de la racine dorsale interrompt le signal de douleur entre la zone douloureuse et le cerveau. En pratique, un dispositif semblable à un stimulateur cardiaque implanté sous la peau dans le bas du dos envoie de petites impulsions électroniques via un fil placé près du ganglion connecté au nerf associé à la douleur. Les impulsions remplacent la douleur par une autre sensation plus tolérable, telle que des picotements ou un engourdissement. Le niveau de courant fourni par l'appareil est programmé par un médecin anesthésiste ou un autre spécialiste de la douleur en fonction de la douleur du patient.

 

Ainsi, les 67 participants de cette petite étude, souffrant de douleurs dorsales chroniques, suivis durant 18 mois, et qui ont reçu une stimulation des ganglions de la racine dorsale ont signalé une réduction significative de la douleur, et cette réduction perdure durant plus d’un an après la thérapie de stimulation. L’auteur principal, Robert J. McCarthy, professeur d'anesthésiologie au Rush University Medical Center (Chicago) explique que ces patients avaient « essayé » de nombreuses thérapies, des traitements médicamenteux, la stimulation de la moelle épinière, la chirurgie, mais n’avaient jusque-là obtenu aucun soulagement durable de leur douleur. « Pour la plupart, la stimulation des ganglions de la racine dorsale a permis d’améliorer considérablement leur qualité de vie ». Précisément,

  • avant l'implantation du dispositif, la plupart des participants évaluaient leur douleur à 8 sur une échelle de 1 à 10 et à l’issue du suivi, le score de douleur médian était tombé à 5, soit une diminution de 33%, soit une amélioration cliniquement significative ;
  • les patients traités signalent également une diminution de 27% de l'incapacité ou des limitations dans l’accomplissement des actes de la vie quotidienne en raison de la douleur ;
  • 94% des patients ont jugé ce traitement bénéfique ;
  • 5 patients (7,4%) ont dû être réimplantés, 2 (3%) après une infection et 1 patient n’a pas achevé l’étude en raison d'une complication.

 

 

2 avantages vs la stimulation de la moelle épinière :

  1. Dans la stimulation de la moelle épinière, un fil est placé le long de la moelle épinière afin que les impulsions électroniques soient envoyées le long de la colonne vertébrale, mais la stimulation ne cible donc pas spécifiquement la source de la douleur. En revanche, c’est bien le cas avec la stimulation du ganglion rachidien.
  2. De plus, cette thérapie ciblée par stimulation nécessite des niveaux de courant plus faibles, car il y a moins de liquide céphalorachidien recouvrant le ganglion que la moelle épinière.

 

 

Enfin, rappellent les chercheurs, la stimulation du ganglion rachidien répond à l’important besoin de thérapies non médicamenteuses de prise en charge de la douleur chronique. « Bien qu'il soit techniquement plus difficile de placer les électrodes, c’est une option pour les patients qui ne répondent pas aux analgésiques et une solution pour réduire voire éliminer l’utilisation des opioïdes ».

Autres actualités sur le même thème