Vous recherchez une actualité
Actualités

Maladie de LYME: La tique révèle, avec son génome, ses forces et ses faiblesses

Actualité publiée il y a 4 années 4 mois 2 semaines
Naure Communications

En décryptant le génome de la tique, cette équipe internationale de près de 100 chercheurs parvient à expliquer la capacité redoutable de cet arachnide acarien à transmettre toute une variété d’agents infectieux, dont la bactérie Borrelia responsable de la maladie de Lyme, mais aussi le parasite de la babésiose humaine, la bactérie de l'anaplasmose, le virus de l’encéphalite à tique … De nouvelles données, présentées dans la revue Nature Comnunications qui ouvrent de nouvelles stratégies pour contrer ces maladies qui touchent chaque année près de 15.000 personnes en France et dont l’incidence progresse en Europe.


- L'équipe a dû surmonter un premier défi, celui de maintenir les tiques en vie pour la recherche car si la tique vit jusqu'à deux ans dans la nature, il est difficile de dépasser 9 mois en laboratoire. L'espèce Ixodes scapularis prise en compte dans l'étude (voir visuel ci-contre) suit en effet 3 grandes étapes d'alimentation au cours de la vie qui consistent à se nourrir, à chaque étape d'un animal vertébré différent. Au cours de cette étape alimentaire, la tique ingère le sang durant des heures voire des jours. Après l'accouplement, la femelle adulte se gonfle rapidement d'un grand volume de sang. Les gènes quant à eux s'activent et se désactivent en fonction du stade de vie de la tique. Les chercheurs devaient donc pouvoir étudier la tique à chaque stade de sa vie.

- Le second défi est la taille du génome de la tique, soit quelque 2,1 milliards de paires de bases d'ADN dont des régions étendues où les séquences sont répétées, représentant près de 70% du génome total. En fin de compte, l'équipe a déterminé l'ordre et la séquence d'environ deux tiers du génome, soit la séquence de 20.486 gènes codant pour des protéines, dont 20% a priori uniques chez la tique. Des gènes qui peuvent être, expliquent les chercheurs, « des repères précieux pour trouver de nouvelles façons de contrer les tiques infectieuses ».

Pourquoi les tiques excellent dans la propagation des pathogènes : Les scientifiques sont parvenus à identifier les gènes, et les protéines qui peuvent expliquer pourquoi les tiques excellent dans la propagation des agents pathogènes : les tiques ont par exemple beaucoup plus de protéines impliquées dans la consommation, la concentration, la digestion et la détoxification de leur nourriture. Ainsi, certains gènes codent pour des protéines qui vont faciliter la concentration du sang en excrétant rapidement l'excès d'eau qui accompagne les grands repas de sang. D'autres gènes permettent aux tiques d'élargir rapidement leur carapace externe pour répondre à une augmentation de volume de 100 fois la taille initiale de leur corps. Des gènes optimisent le système sensoriel, décrit comme multiforme que le parasite utilise lors de sa quête d'un hôte et à chacune de ses étapes alimentaires.

Des nouvelles cibles pour « pirater » les tiques : Chacune des protéines identifiées est une cible en puissance pour arrêter les tiques. D'autant que l'analyse génétique identifie aussi des différences génétiques subtiles qui contribuent à expliquer une partie de la variance dans la capacité des différentes populations à transmettre la maladie.