Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

MARBURG : Un anticancéreux efficace jusqu'à 5 jours après l'infection

Actualité publiée il y a 7 années 3 mois 1 semaine
Science Translational Medicine

C’est un espoir pour lutter contre ce terrible virus, Marburg, qui provoque la fièvre hémorragique et souvent la mort, apporté par cette équipe de l'Université de Texas à Galveston. De plus, il s’agit d’un anticorps monoclonal, anticancéreux, qui ici, montre son efficacité chez les primates contre les virus Marburg (et Ravn, un virus proche) même lorsqu'administré 5 jours après l’infection. Des données présentées dans la revue Science Translational Medicine qui ouvrent la première voie ou presque de traitement contre l’infection, alors qu’il n’existe actuellement aucun vaccin ou médicament approuvé pour l’usage humain.

Le virus Marburg, comme Ebola, fait partie de la famille des Filovirus. Il est responsable de fièvres hémorragiques virales (FHV) chez l'homme entraînant un taux de mortalité élevé, supérieur à 90% chez l'Homme. Ces virus se transmettent par contact direct avec le sang, les sécrétions, les organes ou des liquides biologiques des sujets infectés, en particulier, en Afrique, au cours des rituels funéraires, au cours desquels l'entourage est en contact direct avec le corps du défunt. Il n'existe actuellement aucun vaccin ou médicament approuvé pour se protéger contre ces filovirus, responsables d'un taux moyen de létalité qui approche les 80%.


L'approche est basée sur les anticorps monoclonaux, une technologie actuellement largement utilisée pour traiter les maladies auto-immunes et les cancers. Il existe plus de 45 anticorps monoclonaux approuvés par la Food and Drug Administration des États-Unis et l'Agence européenne des médicaments. Ici, l'équipe américaine démontre qu'un anticorps monoclonal est capable de protéger jusqu'à 100% des primates infectés par le virus de Marburg ou Ravn lorsque le traitement par anticorps est administré jusqu'à 5 jours après l'exposition.

L'espoir des anticorps monoclonaux : ces nouvelles données soutiennent la capacité des anticorps monoclonaux à apporter une protection aux stades avancés de la maladie avec des virus hautement pathogènes, en particulier au cours d'une vague épidémique. L'étude menée au niveau 4 de biosécurité, donc dans un sas, avec combinaisons de protection…confirme en effet le niveau de protection très élevé de cet anticorps fabriqué par le laboratoire Mapp Biopharmaceutical Inc. Des essais cliniques de sécurité vont avoir lieu « le plus rapidement possible ».