Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

MICROBIOTE : Antibiotiques et risque accru de déclin cognitif plus tard dans la vie

Actualité publiée il y a 2 années 3 mois 3 semaines
PLoS ONE
Les femmes qui signalent une utilisation importante d'antibiotiques à la quarantaine sont plus susceptibles de connaître un déclin cognitif plus tard dans la vie, peut-être en raison de modifications du microbiome intestinal (Visuel Adobe Stock 322455209)

Les femmes qui signalent une utilisation importante d'antibiotiques à la quarantaine sont plus susceptibles de connaître un déclin cognitif plus tard dans la vie, peut-être en raison de modifications du microbiome intestinal, conclut cette étude portant sur près de 15.000 participantes. Ces données présentées dans la revue PLoS ONE, illustrent à nouveau l’axe intestin-cerveau et le rôle de mieux en mieux documenté du microbiome intestinal dans la cognition et la démence. Enfin, ce résultat, probablement généralisable reste cependant à démontrer chez les hommes.

 

L'utilisation d'antibiotiques a un impact bien connu sur le microbiome intestinal et a été associée à plusieurs maladies chroniques. Cependant peu de recherches ont encore porté sur une association possible entre l'utilisation à long terme d'antibiotiques, le microbiote et la fonction cognitive. Cette étude de cohorte menée à partir de l’analyse des données de la Nurses' Health Study II, révèle que l'utilisation à long terme d'antibiotiques, ici par les femmes, et à la quarantaine est associée à de petites diminutions de la cognition évaluées 7 années plus tard. Ces données d’association soulignent à nouveau l’importance du bon usage des antibiotiques, en particulier dans nos sociétés vieillissantes.

 

Cette étude de cohorte prospective a suivi les données de prises de traitements et de santé cognitive de 14.542 participantes à la Nurses' Health Study II. Les participantes ont passé une batterie de tests neuropsychologiques entre 2014 et 2018. Un modèle a été développé pour évaluer si l'utilisation chronique d'antibiotiques à la quarantaine était associée à des troubles cognitifs plus tard dans la vie. L’analyse révèle que :

  • les femmes ayant pris au moins 2 mois d’antibiotiques lors de la quarantaine obtiennent des scores cognitifs inférieurs 7 années plus tard, par rapport aux non- utilisatrices d'antibiotiques ;
  • ces résultats valent à l’identique, après prise en compte des facteurs de confusion possible, dont les comorbidités ;
  • la relation entre l'utilisation d'antibiotiques et la cognition apparaît à peu près équivalente à celle trouvée pour 3 à 4 années de vieillissement : en d’autres termes,

2 mois d’antibiotiques à la quarantaine entraînent un déclin cognitif comparable à 3 à 4 années de vieillissement.

Ces données alertent donc sur la nécessité d’une utilisation ajustée et minimale des antibiotiques, tout au long de la vie.


Autres actualités sur le même thème

ABONNEMENT PREMIUM

Accédez sans limite à plus de 15 000 actualités