Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

MODE de VIE MÉDITERRANÉEN : Les habitudes de vie -pas seulement le régime- comptent aussi

Actualité publiée il y a 10 mois 23 heures 36 min
Mayo Clinic Proceedings
Aujourd’hui, il s’agit, plus largement de « mode de vie méditerranéen », un mode de vie associé à un risque moindre de mortalité toutes causes confondues et par cancer (Visuel Adobe Stock 627483084)

Jusque-là on parlait de régime méditerranéen, un régime alimentaire qui a fait ses preuves dans la prévention de multiples maladies, cardiométaboliques et des cancers notamment, avec également des bénéfices dans de nombreux domaines de la santé humaine. Aujourd’hui, il s’agit, plus largement de « mode de vie méditerranéen », un mode de vie associé à un risque moindre de mortalité toutes causes confondues et par cancer, selon ces données récentes d’une équipe de recherche de la Harvard T.H. Chan School of Public Health, publiées dans les Mayo Clinic Proceedings.

 

C’est en effet l’une des rares recherches à examiner les avantages pour la santé du régime méditerranéen dans un contexte non méditerranéen et à évaluer les avantages pour la santé d'un mode de vie méditerranéen global, défini ici par non seulement une alimentation saine à base de végétaux avec peu de sel et de sucres ajoutés, un sommeil suffisant, une pratique de l’exercice en ligne avec les directives et des interactions sociales régulières.

Une alimentation saine à base de végétaux, un sommeil suffisant, de l’exercice et des interactions sociales

L’étude est en effet menée auprès de participants résidant au Royaume-Uni, dont certains adhéraient étroitement à un mode de vie méditerranéen. Précisément, les chercheurs ont analysé les habitudes de 110.799 participants à la UK Biobank et utilisé l'indice de mode de vie méditerranéen (MEDLIFE), pour attribuer un score aux participants ayant préalablement renseigné leur mode de vie. Les scores les plus élevés indiquant une plus grande adhésion au mode de vie méditerranéen. L’analyse a pris en compte, 9 ans plus tard, les résultats de santé des participants. L’analyse confirme que :

 

  • ceux qui adhèrent à ce mode de vie méditerranéen ont un risque réduit de 29 % de mortalité prématurée toutes causes confondues, un risque réduit de 28 % de décès par cancer vs ceux qui ont opté pour un autre mode de vie ;
  • l’activité physique, le repos, les interactions sociales et la convivialité apparaissent les facteurs les plus fortement associés à ces réductions de risque ; suggérant que « l’alimentation ne fait pas tout » ;
  • ainsi, adopter des habitudes de vie globalement « méditerranéennes », c’est-à-dire en ce qui concerne l’alimentation, le repos, l'exercice et la socialisation, permet de vivre plus longtemps et en meilleure santé.

 

« C’est aussi la preuve qu'il est possible pour les populations ne vivant pas dans la région méditerranéenne d'adopter ce mode de vie et d’en tirer les mêmes bénéfices », conclut l'auteur principal, Mercedes Sotos Prieto, chercheur à l’Université de Madrid et professeur de santé environnementale à la Harvard Chan School.