Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

MODE de VIE SAIN : Un facteur majeur de santé durable

Actualité publiée il y a 9 mois 3 semaines 6 jours
Sustainable Life
On ne parle plus de vieillissement, mais de vieillissement en bonne santé (Visuel Adobe Stock 269142837)

Avec le développement des technologies médicales et l'augmentation de l'espérance de vie, chacun accorde plus d'attention à sa qualité de vie. On ne parle plus de vieillissement, mais de vieillissement en bonne santé. La santé doit elle-aussi être durable. Mais quel est réellement la contribution d’un mode de vie sain à la longévité en bonne santé ? Quel rôle jouent les connaissances et les compétences en santé dans l’adhésion à ces comportements ? De nombreuses méta-analyses confirment aujourd’hui le rôle clé des professionnels de santé dans cet apprentissage des bonnes habitudes de vie, pour une santé et une qualité de vie plus durables.

 

Mais d’abord, qu’est-ce qu’un mode de vie sain ? L’Organisation mondiale de la santé (OMS) définit un mode de vie sain comme un mode de vie qui réduit le risque d'être gravement malade ou de mourir prématurément : en effet, toutes les maladies ne sont pas évitables, mais une grande partie des décès, en particulier ceux dus aux maladies coronariennes et aux cancers peuvent être évités. Ainsi, la santé ne consiste pas seulement à éviter la maladie : c'est aussi une question de bien-être physique, mental et social. Des milliers d’études scientifiques ont identifié certains types de comportements qui peuvent favoriser le développement ou prévenir des maladies non transmissibles spécifiques et le décès prématuré.

 

Parmi les principaux facteurs de mode de vie, qui déterminent sa contribution à la santé, sont cités -par l'OMS-, dans l’ordre : le tabagisme, l’activité physique, l’alimentation, la consommation d’alcool mais aussi, par d'autres études, le sommeil et le maintien d’un poids de santé.  

La santé ne se résume pas à éviter la maladie,

c'est aussi une question de bien-être physique, mental et social. Des milliers d’études scientifiques ont identifié certains types de comportements qui peuvent favoriser le développement ou prévenir des maladies non transmissibles spécifiques et le décès prématuré.

 

Le mode de vie fait-il une santé plus durable ? Il serait impossible de préciser les bénéfices associés à chaque facteur ou chaque composante d’un mode de vie sain, cependant il est possible d’apprécier les effets globaux d'un mode de vie sain sur la longévité en bonne santé. Plusieurs grandes méta-analyses de la littérature confirment que les habitudes saines font une énorme différence :

 

  • une analyse suggère que respecter 5 critères d’un mode de vie sain permet de gagner plus de 10 années de vie en bonne santé -vs ne suivre aucune de ces habitudes ;
  • respecter ne serait-ce qu’un seul facteur de mode de vie sain peut déjà permettre de prolonger de 2 années son espérance de vie !
  • plus l’adhésion à un mode de vie sain est rigoureuse et plus l’espérance de vie en bonne santé s’allonge ;
  • une autre étude suggère ainsi que les personnes de 50 ans et plus à poids de santé, non fumeuses et consommant de l’alcool avec modération vivent en moyenne 7 ans de plus ;
  • enfin, on estime que plus de la moitié des décès prématurés sont dus à des facteurs de mode de vie malsains tels qu'une mauvaise alimentation, l'inactivité, l'obésité, la consommation excessive d'alcool et le tabagisme.

 

L’éducation en santé associée à la qualité de vie en bonne santé ? Plusieurs études ont confirmé une corrélation entre l’éducation (littératie) en santé et la qualité de vie, mais cette corrélation semble modérée. En effet, on pourrait supposer que les personnes qui s’intéressent peu à la santé et qui ont peu de connaissances en santé pourraient accorder aussi peu d'attention à leur état de santé et adopter des comportements « malsains », avec un risque plus élevé de maladies. Mais si les connaissances médicales jouent un rôle modeste sur les comportements en population générale, les études suggèrent que « les compétences » sont quant à elles fortement associées à l'état de santé, à la qualité et à la durée de vie.

Ainsi, il ne s’agit pas seulement de connaître mais « d’observer » les bons comportements.

On l’aura compris, les professionnels de santé ont un rôle clé à jouer, pour éduquer et sensibiliser aux bons comportements, pour un vieillissement plus durable et en bonne santé.