Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

MORTALITÉ : 19 causes médicales profondes expliquent ses disparités

Actualité publiée il y a 10 mois 2 semaines 2 jours
The Lancet
C’est un bilan complet des écarts de mortalité dans 3.110 régions, 5 groupes ethniques, selon 19 causes, sur 20 ans et aux Etats-Unis (Visuel Adobe Stock 273298915)

C’est un bilan complet des écarts de mortalité dans 3.110 régions, 5 groupes ethniques, selon 19 causes, sur 20 ans et aux Etats-Unis, qui nous est dressé par cette équipe de statisticiens et d’épidémiologistes de l’Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME, Université de Washington). Ces nouvelles données confirment l'inégalité comme la règle en matière de mortalité, y compris au sein des pays les plus riches. L’analyse des 19 causes de décès, ici aux États-Unis, confirme aussi la persistance de ces disparités sur ces 20 dernières années.

 

Sans surprise, malheureusement, les taux de mortalité parmi les minorités (ici les groupes de population amérindienne et noire) comme considérablement plus élevés que parmi les populations blanches, ici aux Etats-Unis, et dans la plupart des Etats. Cela est particulièrement vrai pour les maladies cutanées, le VIH / SIDA et les infections sexuellement transmissibles, mais également pour certaines maladies chroniques comme le diabète et les maladies rénales. La cohérence de ces modèles chez ces communautés et leur persistance au fil du temps suggèrent fortement des causes profondes et rappelle l’inégalité constante des soins de santé, relève en substance l’un des auteurs principaux, le Dr Laura Dwyer-Lindgren, professeur à l’IHME : « Chaque jour qui passe sans un accès équitable aux soins de santé, de meilleurs programmes et de nouvelles politiques, entraine toujours plus de décès inutiles, en particulier de maladies évitables ».

Parmi les causes majeures associées à ces disparités, on note :

 

  • les maladies cardiovasculaires mais aussi les néoplasmes qui constituent respectivement la première et la deuxième cause de décès, pour certains groupes ethniques ;
  • la seule cause de décès la plus élevée pour la population blanche vs autres groupes de population, est constituée par les différents troubles neurologiques, ce qui en fait la troisième cause de décès dans l'ensemble mais plus modeste au sein des populations amérindiennes et afro-américaines ;
  • la population blanche présente également un taux de mortalité plus élevé pour les maladies respiratoires chroniques, 4è cause de décès dans l'ensemble ;
  • le diabète et les maladies rénales affectent fortement la mortalité de tous les groupes.
  • la mortalité liée aux troubles maternels et néonatals touchent toujours de manière extrême la population noire avec un taux plus de 2 fois plus élevé que dans les autres groupes ;
  • la mortalité des populations asiatiques et latino-américaines est, dans la plupart des Etats, inférieure à celle de la population blanche pour la plupart des causes de décès ;
  • enfin, certains états marquent des taux records de mortalité liée au VIH/sida, aux infections sexuellement transmissibles et aux troubles liés à l'usage de substances.

 

Certes ce bilan reste centré sur le Etats-Unis, mais il rappelle l’urgence d’œuvrer, partout dans le monde, à l’équite des soins de santé.