Actualités

NEURO-COVID : Sur le risque possible de convulsions

Actualité publiée il y a 2 semaines 4 jours 7 heures
Neurology
L'étude révèle un risque de convulsions non négligeable et plus élevé après un COVID-19 qu'après une infection grippale (Visuel Adobe 444669521)

De nombreuses études ont tenté de préciser les mécanismes par lesquels le virus SARS-CoV-2 endommage les cellules cérébrales afin de mieux comprendre les symptômes neurologiques de longue durée, observés dans les COVID longs. Cette nouvelle étude, menée à l'Université d'Oxford et publiée dans la revue Neurology, révèle un risque de convulsions non négligeable et plus élevé après un COVID-19 qu'après une infection grippale.

 

En d’autres termes, les personnes infectées par le COVID-19 sont plus susceptibles de développer des convulsions ou une forme d’épilepsie dans les 6 mois qui suivent une infection COVID qu’une infection grippale. Ce risque accru est plus marqué chez les enfants que chez les adultes et chez les patients qui -curieusement- n’ont pas été hospitalisés.  

Un risque de convulsions 50 % plus élevé après le COVID-19 qu'après la grippe

Bien que ce risque de crises ou d’épilepsie reste très faible soit une incidence inférieure à 1% de toutes les personnes atteintes de COVID-19, étant donné le grand nombre de cas, cela pourrait entraîner une augmentation significative du nombre de personnes développant des convulsions ou une épilepsie, commente l'auteur principal, le Dr Arjune Sen de l'Université d'Oxford.

« Le risque accru de convulsions et d'épilepsie chez les enfants nous donne une raison primordiale de prévenir le COVID-19 chez les enfants ».

 

L’étude est menée sur les dossiers de santé de 152.754 patients COVID-19 appariés au même nombre de témoins ayant reçu un diagnostic de grippe au cours de la même période et appariés pour l’âge, le sexe et d'autres facteurs, tels que les comorbidités préexistantes. Aucun des participants n'avait auparavant été diagnostiqué avec épilepsie. Les chercheurs ont regardé précisément l’incidence des crises dans les 6 mois suivant le diagnostic du COVID ou de la grippe. L’analyse révèle que :

 

  • les participants atteints de COVID-19 ont un risque accru de 55% de développer une épilepsie ou des crises dans les 6 mois du diagnostic de COVID vs les participants diagnostiqués avec la grippe ;
  • l’incidence de l’épilepsie ou de crises apparentées atteint 0,94 % chez les personnes atteintes de COVID-19 vs 0,60 % chez les participants ayant eu la grippe.

 

« Le risque global reste faible »

soulignent les auteurs qui recommandent cependant aux professionnels de santé d'accorder une attention particulière aux personnes qui peuvent présenter des signes de crises plus subtils, telles que des crises focales conscientes.

 

Enfin, ces données rappellent les effets neurologiques en moyenne plus marqués et plus fréquents associés au COVID, notamment au COVID long.