Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ et INCONTINENCE : 2 comorbidités mais qui peuvent être inversées

Actualité publiée il y a 11 mois 1 semaine 5 jours
Savoir
Chaque augmentation de 5 unités d'indice de masse corporelle (IMC) étant associée à une augmentation de 20% à 70% du risque d'incontinence urinaire.

L'obésité et l'incontinence urinaire sont des comorbidités fréquentes et l’obésité et le surpoids sont des facteurs de risque indépendants d’incontinence. L’obésité est même le facteur de risque le plus important d'incontinence urinaire au quotidien. La littérature documente ainsi le surpoids et l'obésité comme le facteur de risque majeur d'incontinence urinaire. La bonne nouvelle est que la perte de poids par des approches chirurgicales (chirurgie bariatrique) et plus conservatrices (changements de mode de vie) est efficace pour réduire les symptômes d'incontinence urinaire et devrait être considérée comme le traitement de première ligne chez ce groupe de patients.

 

La prévalence à venir de l’incontinence urinaire, qui affecte déjà près de 50% des femmes d'âge moyen et plus âgées dans le monde, doit donc être mise en regard de la hausse alarmante de l'obésité et du surpoids qui touchent aujourd’hui 2,2 milliards de personnes. Les mécanismes sous-jacents à cette relation entre l'obésité et l'incontinence urinaire ne sont pas clairs. Certaines études suggèrent que l'excès de poids corporel augmente la pression abdominale, donc la pression de la vessie et la mobilité de l'urètre. L'obésité peut entraîner une tension chronique, l'étirement et l'affaiblissement des nerfs et des muscles du plancher pelvien.

 

Des études épidémiologiques (1) ont montré que l'obésité est un facteur de risque indépendant important d’incidence et de prévalence de l'incontinence urinaire. L’effet documenté est « dose-réponse », chaque augmentation de 5 unités d'indice de masse corporelle (IMC) étant associée à une augmentation de 20% à 70% du risque d'incontinence urinaire. Lors d'un suivi de 5 à 10 ans, le risque d'incontinence urinaire augmente de 7% à 12% pour chaque augmentation de 1 kg / m2 de d'IMC. Enfin, la prise de poids « joue » plus fortement sur le risque d'incontinence d'effort et d'incontinence mixte, que sur le risque d'incontinence par impériosité et de syndrome de la vessie hyperactive.

 

L’obésité, facteur de prévalence et de sévérité : chez des femmes d’âge mûr, un IMC plus élevé est associé non seulement à une prévalence plus élevée des fuites, supérieure à 45%, mais également à la sévérité de l'incontinence urinaire dont la fréquence des fuites, la pression de fuite pendant un effort de poussée abdominale (Valsalva leak point pressure - VLPP) lors des tests urodynamiques et un impact plus fort de l’incontinence sur la qualité de vie (2).

 

Le tour de taille plus que l’IMC ? La relation entre l'obésité abdominale et l'incontinence urinaire d'effort a également été documentée. Ainsi, chez des femmes d’âge moyen l'incontinence urinaire d'effort est significativement associée à certains efforts physiques, aux accouchements par voie basse mais aussi et de manière indépendante, au tour de taille élevé. Un tour de taille élevé peut ainsi de manière indépendante accroître le risque d’incontinence de près de 80% (3). Le dépôt de graisse autour de l'abdomen est l'un des facteurs les plus importants associés au couple « obésité – incontinence ».

 

L’incontinence, première comorbidité du diabète et de l’obésité : il a été démontré (4) que chez les femmes en surpoids ou obèses atteintes de diabète de type 2, l’incontinence urinaire a minima hebdomadaire est signalée par 27% des femmes, plus souvent que toutes les autres complications associées, dont la rétinopathie (7,5%), la microalbuminurie (2,2%). De plus, la prévalence de l’incontinence augmente encore et jusqu’à 55 à 85% des femmes diabétiques à IMC > 35 kg / m2.

 

Moins de poids, moins de fuites ? Les études portant sur la perte de poids ont indiqué que la perte de poids chirurgicale et non chirurgicale permet des réductions significatives des symptômes d'incontinence urinaire. Chez les femmes obèses à IMC supérieur à 40 kg / m2 qui prévoient une chirurgie de perte de poids, la prévalence de l'incontinence atteint près de 60% à 70%. Mais la chirurgie bariatrique montre un effet bénéfique sur les symptômes d'incontinence urinaire. La perte de poids par des mesures comportementales et de mode de vie, dont un régime hypocalorique et la pratique de l’exercice intensif, conduit également à une réduction des fuites.

 

Même avec une perte de poids modérée (5) de 5 à 10% du poids corporel, la sévérité de l’incontinence est réduite et la qualité de vie améliorée.

Autres actualités sur le même thème