Actualités

OBÉSITÉ : La petite molécule qui bloque l'absorption du cholestérol

Actualité publiée il y a 3 mois 1 semaine 3 jours
Steroids
Le candidat bloque les effets du cytochrome P450 8B1, l'enzyme liée à l'absorption du cholestérol et à l'obésité (Visuel Fotolia 79470925)

Les chercheurs de l'University of Texas at San Antonio (UTSA) documentent ici un nouveau traitement pour lutter contre l'obésité et les maladies cardiaques : un inhibiteur innovant, présenté dans la revue Steroids, qui bloque les effets du cytochrome P450 8B1, une enzyme liée à l'absorption du cholestérol et à l'obésité.

 

Les deux auteurs principaux, Francis Yoshimoto, professeur de chimie et Eunhee Chung, professeur agrégé de kinésiologie à l'UTSA ont conçu et synthétisé ce nouvel inhibiteur, avant de le tester au laboratoire de Eunhee Chung, financé par les National Institutes of Health de Chung, spécialisé dans l’analyse des effets de composés bioactifs trouvés en toutes petites quantités dans les plantes et certains aliments.

L’objectif était d’identifier de nouveaux composés prometteurs dans le traitement de l'obésité et des troubles métaboliques associés.

Inhiber la principale voie du cholestérol

Le candidat a le potentiel d'arrêter l'activité de P450 8B1, l'enzyme qui crée l'acide cholique dans le corps. Cette inhibition, à son tour, diminue l'absorption du cholestérol. Ce processus peut être la clé du traitement des troubles métaboliques associés à l'obésité et d'autres comorbidités, telles que les maladies cardiaques et le diabète.

 

Une preuve de concept in vivo : des souris traitées durant 7 jours avec l’inhibiteur, présentent une diminution des niveaux de glucose dans leur sang, malgré une alimentation riche en graisses et en saccharose. Ces premières expériences démontrent comment un inhibiteur de P450 8B1 conduit à un profil métabolique plus sain et augure de son potentiel thérapeutique pour traiter la résistance à l'insuline associée à l'obésité.

 

Contre l'obésité, la piste du médicament ne doit pas être négligée : selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 1,9 milliard d'adultes dans le monde sont en surpoids et 650 millions souffrent d’obésité. Près d’un décès sur 4 est directement ou indirectement lié à l’obésité. Elargir les options thérapeutiques, et pouvoir proposer au-delà des changements de mode de vie et de la chirurgie, de nouveaux médicaments de perte de poids ou de prévention des maladies cardiométaboliques est une priorité de la recherche en santé publique. Cette étude témoigne du dynamisme de la recherche sur ces sujets.  

 

« Nos résultats montrent comment la chimie de synthèse peut contribuer de manière significative à la lutte contre l'obésité et contre les maladies cardiométaboliques ».

Autres actualités sur le même thème