Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ : La transplantation de microbiote rétablit le métabolisme

Actualité publiée il y a 1 mois 1 semaine 6 jours
Nature Medicine
Une greffe de microbiote sain suivie d'une supplémentation en fibres permet de réduire les marqueurs de syndrome métabolique chez des patients obèses (Visuel Adobe Stock 193009954)

Cette recherche de médecins de l'Université de l'Alberta apporte des preuves supplémentaires des bénéfices d’un microbiome sain pour la santé, y compris pour la santé métabolique de personnes souffrant d’obésité sévère. Ces travaux, publiés dans la revue Nature Medicine, montrent qu’une greffe de microbiote sain suivie d'une supplémentation en fibres, permet de réduire les marqueurs de syndrome métabolique chez des patients obèses.

 

L’auteur principal, Karen Madsen, professeur de médecine à la Faculté de médecine de l'Alberta et directrice du Centre d'excellence pour la recherche sur l'inflammation et l'immunité gastro-intestinales, relève qu’une seule greffe microbienne fécale orale suivie d'une supplémentation quotidienne de fibres permet de rétablir une meilleure sensibilité à l'insuline et des niveaux plus élevés de « bonnes bactéries » intestinales en seulement 6 semaines. L’amélioration de la sensibilité à l'insuline permettant au corps d'utiliser le glucose plus efficacement, réduisant ainsi la glycémie.

Un microbiote sain pour un métabolisme équilibré

Il se trouve que ces 61 patients, présentant un IMC>40, candidats à une chirurgie bariatrique, prenaient des médicaments connus pour traiter leur syndrome métabolique (un ensemble de symptômes dont la résistance à l'insuline, l'hyperglycémie, l'hypertension artérielle et d'autres complications), mais l’étude ouvre une voie alternative via le microbiome intestinal : le microbiome ou l’ensemble des micro-organismes, bactéries, virus, protozoaires et champignons présents dans le tractus gastro-intestinal est de plus en plus documenté à la fois dans une « bonne » santé et dans le risque de maladies métaboliques- mais pas seulement. On ignore si les changements du microbiome causent la maladie ou si la maladie provoque ces changements dans l'intestin, mais la relation est probablement réciproque, expliquent les chercheurs.

 

Remplacer de mauvaises bactéries par de bonnes bactéries peut améliorer la santé. C’est le principe même de la greffe de microbiote fécal. La greffe fécale contient des microbes provenant de donneurs sains et est actuellement de plus en plus largement utilisée pour traiter les infections bactériennes à Clostridium difficile, ou C. difficile. Des recherches sont également en cours pour tester leur utilité dans le traitement d'autres maladies telles que les maladies inflammatoires de l'intestin, la santé mentale et les troubles métaboliques, justement.

 

Le microbiome intestinal affecte de nombreux processus du corps, l’inflammation, le métabolisme, et la fonction immunitaire. « Le potentiel d'amélioration de la santé humaine grâce au microbiome est immense », écrivent les chercheurs. Ils montrent ici, pour la première fois, que

  • l'administration orale d'une transplantation fécale est efficace chez les patients atteints du syndrome métabolique lié à l'obésité.

 

Les chercheurs citent également une étude précédente réalisée en Europe sur un petit nombre de patients de sexe masculin souffrant d'obésité et de syndrome métabolique avec des résultats prometteurs, mais les greffes avaient alors été administrées par endoscopie invasive. Dans cette étude les greffes ont été administrées par voie orale en une seule dose d'environ 20 capsules préparées en laboratoire. Les auteurs précisent que :

« Les capsules n'ont ni goût ni odeur ».

 

La clé du succès a été de combiner à cette greffe orale de microbiote fécal des suppléments de fibres qui ont favorisé la survie de ces microbes bénéfiques. Notre corps ne produit pas naturellement les enzymes nécessaires pour décomposer les fibres, mais c'est ce dont les bactéries saines du microbiome ont besoin pour vivre, d’où l’intérêt de ces suppléments.

 

Une étude plus longue menée avec un plus grand nombre de participants doit encore valider ces résultats. Les pilules microbiotiques pourraient alors être disponibles d'ici quelques années…

Autres actualités sur le même thème