Vous recherchez une actualité
Actualités

OMEGA 3 vs AGRESSIVITÉ : Le double effet ricochet enfants - parents

Actualité publiée il y a 1 année 10 mois 1 semaine
Aggressive Behaviour
De précédentes études ont fait valoir l’impact positif des acides gras oméga-3 (et de la vitamine D) sur les niveaux de sérotonine du cerveau et donc sur la fonction cognitive dans le cadre de certains troubles psychiatriques- dont la dépression.

On sait déjà que les acides gras oméga-3 améliorent la santé cérébrale chez les enfants et les adultes, cette recherche de l’Université du Massachusetts Lowell illustre avec une supplémentation en omega-3, le moyen par le biais de l’alimentation, de prévenir les comportements négatifs, agressifs, voire « criminels ». Une étude présentée dans la revue Aggressive Behaviour qui contribue à éclairer l’interaction complexe de la biologie et de l'environnement social sur l’humeur et le comportement.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

De précédentes études ont fait valoir l’impact positif des acides gras oméga-3 (et de la vitamine D) sur les niveaux de sérotonine du cerveau et donc sur la fonction cognitive dans le cadre de certains troubles psychiatriques- dont la dépression. Une étude a suggéré qu’intégrer des oméga-3, des vitamines et des minéraux dans l'alimentation des enfants présentant une agressivité extrême peut contribuer à réduire ce trouble du comportement à court terme, en particulier dans sa forme la plus sévère. Cette nouvelle étude menée par un professeur de droit pénal de l’Université du Massachusetts Lowell revient à la charge en affirmant qu’un simple complément alimentaire pourrait dans certains cas réduire les troubles du comportement, dont l’agressivité.

 

Selon l’auteur principal, Jill Portnoy, donner des suppléments d'acides gras oméga-3 aux enfants à troubles du comportement réduit leur agressivité, ce qui a également un effet positif sur les parents, les rendant moins susceptibles de se disputer et de commettre d'autres écarts de comportement. L’étude confirme ainsi l’intérêt de la supplémentation en oméga-3 mais aussi la réciprocité des modèles de comportement parent-enfant ;

 

L'amélioration du comportement des enfants pourrait améliorer le comportement des parents et, au-delà contribuer à réduire la violence conjugale ou la maltraitance des enfants. L’essai randomisé, en double aveugle, contrôlé par placebo, a suivi durant 12 mois 200 enfants dont 100 ont reçu, durant 6 mois, une boisson aux fruits contenant 1 g d'acides gras oméga-3 et 100 la même boisson aux fruits, mais sans oméga-3. L’expérience montre que :

  • les parents des enfants du groupe oméga-3 signalent des réductions et à long terme de l'agressivité psychologique ;
  • des améliorations de l'agressivité chez l'adulte s’avèrent également corrélées aux améliorations des scores de comportement chez les enfant ;
  • aucune différence n'est cependant relevée en termes de maltraitance des enfants.

 

 

Oméga-3 vs agressivité : cette étude est la première à montrer le double effet ricochet de la supplémentation en oméga-3 chez les enfants sur l'agressivité de l’enfant supplémenté et des parents ou éducateurs, qui ne reçoivent pas de suppléments. Les résultats suggèrent que l’amélioration du comportement des enfants grâce à la supplémentation en oméga-3 pourrait avoir des effets bénéfiques à long terme sur l’ensemble du système familial.

 

Un exemple de l’influence des facteurs biologiques sur les comportements impulsifs et à risque : l'objectif des chercheurs ici, est de trouver des moyens efficaces d'intervenir avant que le comportement antisocial ne dégénère en crime. C’est aussi d’apporter des réponses à la question : les personnes qui commettent des crimes ont-elles quelque chose de physiologique qui les prédispose ou des facteurs sociaux qui les y conduisent ? Les deux types de facteurs sont très probablement en cause, mais il reste à déterminer exactement comment.

 

« La biologie et l'environnement social interagissent de manière complexe et nous commençons tout juste à le comprendre. Avant de pouvoir développer des interventions efficaces, nous devons faire des recherches pour comprendre ce qui se passe ».

 

Autres actualités sur le même thème