Vous recherchez une actualité
Actualités

OROPOUCHE : La prochaine menace virale ?

Actualité publiée il y a 4 années 3 mois 1 semaine
FAPESP
Le virus Oropouche provoque une fièvre aiguë et peut entraîner une méningite et une méningo-encéphalite.

Cet arbovirus, transmis par les moucherons, documenté pour la première fois chez l’Homme en 1955, ne se limite plus aux villages de l'Amazonie mais se propage actuellement dans les grandes villes du Brésil. Cette équipe de la Fondation de l'Amparo (São Paulo) alerte : Oropouche pourrait émerger et causer un problème de santé publique, dans un premier temps au Brésil, déjà secoué par l'épidémie de Zika débutée en 2015 et l'apparition de la fièvre jaune au début de 2017.  

 

Le virus Oropouche provoque une fièvre aiguë et peut entraîner une méningite et une méningo-encéphalite. Le virus semble s’être adapté aux milieux urbains et « pourrait émerger à tout moment et causer un grave problème de santé publique au Brésil », alerte Luiz Tadeu Moraes Figueiredo, un expert des viroses zoonotiques émergentes, professeur à l'Université de São Paulo.

Le virus semble s’être adapté aux milieux urbains et pourrait émerger à tout moment

 

Un potentiel d'émergence considérable : 500.000 cas de fièvre d’Oropouche auraient été signalés au Brésil au cours des dernières décennies, une incidence amenée à progresser alors que son vecteur, le moucheron Culicoides paraensis circule dans toutes les Amériques. « Le virus pourrait bien se propager de la région amazonienne et du plateau central vers les régions les plus densément peuplées du pays ». L'incidence de la fièvre d’Oropouche augmente également dans les zones urbaines du Pérou et dans certains pays des Caraïbes. Au Brésil, le virus a été isolé à la fois dans des oiseaux et chez des primates.

 

Le virus est trouvé dans le liquide céphalo-rachidien des patients infectés : en 2002, les chercheurs de São Paulo ont diagnostiqué 128 patients infectés par le virus Oropouche à Manaus, capitale de l'État d'Amazonas. Ces patients avaient développé des symptômes typiques de l'infection, tels qu’une fièvre aiguë, des douleurs articulaires, des maux de tête et une douleur derrière les yeux. 3 des patients ont également développé une infection du système nerveux central. Certaines maladies immunodéprimantes semblent faciliter la pénétration du virus dans le SNC.

 

Des symptômes similaires au virus de la dengue : ainsi, de nombreux cas suspects de dengue au Brésil pourraient être des cas d'infection par Oropouche.

 

Les auteurs appellent donc à une surveillance particulière des patients présentant ces symptômes.