Vous recherchez une actualité
Actualités

OSTÉOPOROSE : Les effets des régimes sur l’os

Actualité publiée il y a 10 mois 3 semaines 5 jours
Jean-Michel Lecerf / chef de service nutrition à l’Institut Pasteur de Lille

Les modes alimentaires se succèdent et rivalisent en notoriété, mais aussi en termes de conséquences pour la santé notamment.

Les régimes amaigrissants

Les régimes amaigrissants entraînent systématiquement une double réduction de la masse grasse et de la masse maigre, c’est-à-dire de la masse musculaire et de la masse osseuse, la fameuse ostéo-sarcopénie. Cet effet négatif des régimes amaigrissants sur l’os est souvent observé chez la femme en surpoids et ne l’est pas chez l’homme en surpoids. Chez les femmes ménopausées, la perte osseuse est accélérée par les régimes amaigrissants, même quand l’apport en protéines est satisfaisant. Par contre, elle n’est pas observée lorsque l’apport en calcium est élevé. De même, l’activité physique ralentit cette perte. D’où l’importance de main- tenir des apports suffisants en produits laitiers, sources conjointes de protéines, de calcium, de phosphore et d’un peu de vitamine D.

 

 

Les régimes sans produits laitiers

Sur la base d’idées fausses, un nombre croissant de personnes suppriment les produits laitiers de leur alimentation.

En cas d’intolérance au lactose, il a été montré que l’ostéoporose était beaucoup plus fréquente. De même, en cas de défi- cit en lactase, on observe une augmentation du risque fracturaire. Chez l’enfant, la suppression du lait entraîne une diminution de la densité minérale osseuse et triplerait l’incidence des fractures. Chez les adultes ayant supprimé les produits laitiers pour intolérance au lactose, les fractures augmentent également. Certes le calcium n’est pas le seul nutriment important pour l’os, loin de là mais son apport, surtout associé aux protéines et à des apports suffisants en vitamine D, joue un rôle majeur. Le calcium des eaux minérales est aussi bien absorbé que le calcium des produits laitiers. Mais l’eau n’apporte ni protéines ni autres nutriments et elle ne peut remplacer le lait, les fromages et les yaourts.

 

 

Les régimes végétariens et végétaliens

Les régimes végétariens excluent la chair animale (viande, poisson) mais main- tiennent les autres aliments d’origine animale (œufs et produits laitiers). Ils sont tout de même associés à une diminution significative de la densité minérale osseuse. Cependant la problématique est complexe car d’une part un apport élevé en fruits et légumes a un effet favorable grâce à leur « pouvoir » alcalinisant, mais un apport trop élevé en fibres alimentaires diminue la réabsorption intestinale des œstrogènes et accroît leur excrétion fécale. Par ailleurs, l’excrétion urinaire des œstrogènes est réduite en raison de leur moindre réabsorption intestinale. Ces effets opposés expliquent pourquoi on n’observe pas d’augmentation du risque fracturaire chez les végétariens.

Il n’en est pas de même chez les végéta- liens. Ceux-ci excluent tous les aliments d’origine animale (de ce fait ils ont systématiquement un déficit puis une carence en vitamine B12, car elle est exclusivement d’origine animale). Ils éliminent aussi œufs et produits laitiers. Ceci explique une diminution de la densité minérale osseuse chez les végétaliens. De plus, lorsque leur apport en calcium est inférieur à 500mg/j, on observe une augmentation de 15 à 30% de l’incidence des fractures.

 

 

L’omnivorisme est donc bénéfique pour l’os.

 

 

Quels conseils donner à ceux qui pratiquent ces régimes ?

  • en cas de régime amaigrissant : il faut veiller à des apports suffisants en protéines et en calcium. Les produits laitiers ont donc toute leur place d’autant qu’en quantité normale, ils n’ont pas d’effet négatif sur le poids, au contraire. Il faut aussi encourager une activité physique et supplémenter en vitamine D. Il en est de même après une chirurgie bariatrique.
  • en cas de régimes sans produits laitiers : si cette suppression n’est pas justifiée, il faut s’efforcer de l’éviter. En cas de refus, il convient de réaliser une supplémentation en calcium, soit sous forme médicamenteuse, soit avec d’autres sources de calcium : eaux riches en calcium, arêtes de poisson (sardines… !), jus de soja enrichi en calcium, choux, amandes…, en notant qu’il reste difficile dans ce cas de satisfaire à la fois les apports en calcium et l’équilibre alimentaire.
  • en cas de régime végétarien : on s’efforcera de maintenir un équilibre alimentaire et des apports suffisants en protéines et en produits laitiers. Chez les végétaliens, il faut supplémenter en calcium et en vitamine D (et bien sûr aussi en vitamine B12).

Autres actualités sur le même thème