Vous recherchez une actualité
Actualités

PALUDISME et GROSSESSE : L’azithromycine réduit aussi le risque de naissance prématurée

Actualité publiée il y a 4 jours 22 heures 41 min
EClinicalMedicine
Dans les pays où le paludisme est endémique, l’incidence de la prématurité et des effets associés est élevée (Visuel Atharva Whaval)

Dans les pays où le paludisme est endémique, l’incidence de la prématurité et des effets associés est élevée. Cette équipe du Murdoch Childrens Research Institute (Melbourne) suggère que l’antibiotique azithromycine, utilisé entre autres indications contre le parasite du paludisme, permet de limiter le risque de faible poids de  naissance ainsi que le risque de prématurité. Pris pendant la grossesse, s’il ne réduit pas le taux de mortinaissance et de mortalité périnatale, ni les infections et les hospitalisations, l’antibiotique réduit en effet l’incidence de la prématurité et du faible poids de naissance- ici en Afrique et en Asie.

 

L'azithromycine est un antibiotique peu coûteux largement utilisé pour traiter les infections ORL. L’antibiotique a été utilisé spécifiquement dans le passé pour traiter les IST et, avec d'autres médicaments antipaludiques, pour prévenir les conséquences du paludisme sur les résultats de grossesse tant maternels que fœtaux- ainsi que pour réduire le risque d’infection associé aux césariennes.

Prévenir les effets du paludisme sur les résultats de grossesse

Cette méta-analyse de 14 études menées dans des pays africains et asiatiques portant au total sur 17.594 participantes enceintes, menée par le Dr Maeve Hume-Nixon, confirme que l'azithromycine permet d’améliorer les résultats périnatals et néonatals dans les contextes d'endémie palustre.

 

  • L'administration d'azithromycine pendant le travail

apparaît une intervention simple et peu coûteuse qui pourrait améliorer la santé maternelle et infantile dans les pays endémiques.

 

« Il existait une incertitude quant aux avantages possibles de cette intervention sur les décès, les admissions et les infections néonatales, et sur les inconvénients possibles également en termes de mortinatalité. Cependant, nos résultats confirment des améliorations pour certains résultats chez la mère et chez l’Enfant".

Autres actualités sur le même thème