Vous recherchez une actualité
Actualités

PARKINSON : L’appendicectomie augmente le risque, mais pourquoi ?

Actualité publiée il y a 4 mois 2 semaines 3 jours
Digestive Disease Week® (DDW)
C’est une nouvelle illustration de la relation entre l'intestin et le système nerveux

L’ablation de l'appendice associée au développement de la maladie de Parkinson, mais pourquoi ? C’est une nouvelle illustration de la relation entre l'intestin et le système nerveux qui nous est présentée, précisément lors de la Digestive Disease Week de San Diego, à partir de l’analyse de données provenant de 62 millions de dossiers patients. Cette très large analyse confirme ainsi que les patients dont l'appendice a été retiré ont un risque plus élevé de développer la maladie de Parkinson.

 

La recherche récente sur la pathogenèse de la maladie de Parkinson s'est concentrée sur l'alpha synucléine, une protéine présente dans le tractus gastro-intestinal au début de l'apparition de la maladie, explique l’auteur principal, le Dr Mohammed Z. Sheriff, médecin à la Case Western Reserve University et au Cleveland Medical Center (Ohio) : « C'est pourquoi notre équipe s’est penchée sur le tractus gastro-intestinal, et notamment l’appendice, à la recherche de preuves sur le développement de Parkinson ». Face à des résultats d’études jusque-là mitigés, l’équipe a travaillé à partir d'une énorme base de dossiers médicaux électroniques basée dans l'Ohio, qui rassemble les données issues de 26 grands systèmes de santé.

 

L’analyse des dossiers de santé électroniques de plus de 62,2 millions de patients

Cette analyse a permis d’identifier les patients ayant subi une appendicectomie et les patients ayant reçu un diagnostic de maladie de Parkinson.

  • Parmi 4.488.190 patients ayant subi une appendicectomie, 4.470, soit 0,92%, ont développé une maladie de Parkinson ;
  • sur les 61,7 millions de patients n’ayant pas subi d’appendicectomie, 177.230, soit 0,29%, ont développé la maladie de Parkinson ;
  • en conclusion, les patients ayant subi une appendicectomie apparaissent 3 fois plus susceptibles de développer la maladie de Parkinson.

 

 

Ces travaux montrent ainsi une association claire entre l'appendice, ou l'élimination de l'appendice, et la maladie de Parkinson. Des recherches supplémentaires seront nécessaires pour confirmer un lien de cause à effet et pour mieux comprendre les mécanismes sous-jacents.

Autres actualités sur le même thème