Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

PARKINSON : Le médicament qui réduit la constipation

Actualité publiée il y a 1 année 5 mois 1 semaine
Annals of Internal Medicine
Redonner de la « fonction intestinale » et de la qualité de vie aux patients souffrant de la maladie de Parkinson à stade avancé (Visuel Adobe Stock 380690420)

Ce petit essai contrôlé randomisé, mené à la Mayo Clinic auprès de 150 patients atteints de la maladie de Parkinson révèle l’efficacité et la sécurité du candidat ENT-01 (phosphate de squalamine par voie orale) à traiter la constipation – et à réduire certains symptômes neurologiques- chez ce groupe de patients. Ces données, publiées dans les Annals of Internal Medicine, promettent de redonner de la « fonction intestinale » et de la qualité de vie aux patients souffrant de la maladie de Parkinson à stade avancé.  

 

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative progressive causée par l'accumulation d'a-synucléine dans le système entérique comme dans le système nerveux central (SNC). En plus des symptômes moteurs, les personnes atteintes de la maladie de Parkinson souffrent de nombreux symptômes qui dégradent considérablement leur qualité de vie, dont la constipation, mais également de troubles du sommeil, de dysfonctionnement cognitif, de psychose et de dépression. Ces symptômes résultent tous d'une altération de la fonction des voies neuronales liée à l’insuffisance de dopamine.

 

Alors que de précédentes recherches ont montré que l'ENT-01 améliore rapidement et en toute sécurité la fonction intestinale et parfois certains symptômes neuropsychiatriques, le nouvel essai confirme à la fois l’efficacité mais aussi l’innocuité du médicament, jusqu'à 25 jours de traitement.

 

L’essai est mené auprès de 150 patients atteints de la maladie de Parkinson et souffrant de constipation. Les participants ont reçu quotidiennement soit le médicament ENT-01, soit un placebo pendant 25 jours. L’étude révèle que :

 

  • l'ENT-01 administré par voie orale est sûr et qu'il normalise rapidement la fonction intestinale de manière dose-dépendante, avec une efficacité qui semble persister plusieurs semaines après la fin du traitement ;
  • quelques effets indésirables légers sont observés, dont des nausées et la diarrhée, mais restent confinés au tractus gastro-intestinal.

Le système nerveux entérique n'est donc pas endommagé

de manière irréversible dans la maladie de Parkinson -même si la constipation à long terme pouvait suggérer le contraire.

 

Les chercheurs appellent à commencer avec des doses plus faibles et à augmenter plus lentement peut réduire la fréquence des symptômes relevés.

 

La sécurité de l'ENT-01 devra être évaluée pour des durées plus longues de traitement, cependant ces premiers résultats apparaissent déjà concluants.

Plus sur le Blog Microbiote
Plus sur le Blog Neuro

Autres actualités sur le même thème