Vous recherchez une actualité
Actualités

PARODONTITE: Le composé qui résorbe l'inflammation en quelques semaines

Actualité publiée il y a 3 années 8 mois 1 semaine
Journal of Clinical Periodontology

Près d’un adulte sur 2 souffre d’une forme de parodontite. Cette maladie des gencives qui se traduit par une inflammation, des saignements et la perte osseuse, aboutit généralement à une mobilité voire la perte de dents. Dans sa forme sévère, elle peut également être associée à des états inflammatoires systémiques telles que l'athérosclérose et la polyarthrite rhumatoïde. Peu d'options de traitement existent au-delà du détartrage dentaire, du surfaçage radiculaire et de mesures spécifiques d’hygiène dentaire de long terme. Cette équipe de la « Penn » identifie ici un composé capable d’inverser les manifestations cliniques de la parodontite. L’espoir d’un traitement révolutionnaire, présenté dans le Journal of Clinical Periodontology. Les chercheurs ont identifié et utilisé un inhibiteur CP40, de la protéine C3, impliquée dans l'immunité et les réponses inflammatoires. En diffusant cet inhibiteur par injection locale au tissu parodontal juste une fois par semaine, ils parviennent à résorber l’inflammation sur un modèle préclinique de parodontite chronique : « après 6 semaines de traitement, nous constatons une inversion de l'inflammation, à la fois clinique et en mesurant les niveaux d’ostéoclastes et de cytokines inflammatoires », commentent les auteurs. Ici, pour se rapprocher d'un scénario naturel, les auteurs font la démonstration sur un modèle animal ayant développé naturellement la parodontite chronique. Aucun effet indésirable n’a été signalé.

Des résultats clairs et impressionnants (voir visuel ci-contre) qui incitent à poursuivre par des essais cliniques chez l'Homme, d'autant que la même équipe avait déjà identifié, lors de précédents travaux, C3 comme une cible prometteuse pour le traitement de la maladie parodontale. C3 s'était en effet révélé comme un élément clé des cascades moléculaires qui déclenchent l'inflammation et activent le système immunitaire. Enfin, les auteurs envisagent ce traitement chez l'Homme, en plus ou en complément des traitements standards.