Vous recherchez une actualité
Actualités

PERTE MUSCULAIRE, SARCOPÉNIE : Des interventions précoces pour la contrer

Actualité publiée il y a 4 mois 2 semaines 7 heures
Journal of Cachexia, Sarcopenia and Muscle
L'affaiblissement des muscles fait naturellement partie du processus de vieillissement, mais pour certaines personnes atteintes de sarcopénie, le déclin est anormalement rapide (Visuel Adobe Stock 2736591247)

L'affaiblissement des muscles fait naturellement partie du processus de vieillissement, mais pour certaines personnes atteintes de sarcopénie, le déclin est anormalement rapide. Des interventions précoces pourraient aider à contrer la perte musculaire, conclut cette équipe de l’Institut Karolinska qui suggère la mise en œuvre d’interventions conçues pour préserver les fonctions physiques et cognitives et gérer les premiers stades de la sarcopénie. Des conclusions à paraître dans le Journal of Cachexia, Sarcopenia and Muscle qui peuvent contribuer à réduire le risque de chutes et de fractures osseuses chez ce groupe de personnes âgées et plus globalement, à maintenir leur qualité de vie.

 

Les chercheurs suédois précisent comment différents facteurs tels que le sexe, l'âge, le niveau d'étude, mais aussi le mode de vie et les maladies chroniques affectent le développement de la sarcopénie chez les personnes âgées.

La sarcopénie est bien une condition dynamique et modifiable

L'étude SNAC-K (Swedish National Study on Ageing and Care in Kungsholmen) a suivi Durant plus de 12 ans, plus de 3. 200 participants, âgés de 60 ans et plus. Au début de l'étude,

  • près de 10 % des participants avaient une sarcopénie,
  • 27 % une sarcopénie probable ,
  • 63 % aucune sarcopénie.

Les chercheurs ont évalué la force de préhension, la vitesse de marche, la vitesse pour se lever 5 fois d'une chaise et la circonférence du mollet des participants. Enfin, les participants ont également passé des tests cognitifs.

 

A 5 ans, la santé musculaire de 10% des personnes atteintes de sarcopénie probable s'était soit améliorée, soit détériorée : cela suggère que la sarcopénie est une condition dynamique qui est évolutive et modifiable, en particulier dans ses phases initiales ; « C’est un message d'espoir », commente l'auteur correspondante de l'étude, Caterina Trevisan, chercheur au Département de neurobiologie du Karolinska Institutet.

 

  • Les facteurs associés à l'amélioration et à une mortalité plus faible sont l'activité physique et des scores plus élevés aux tests cognitifs, tandis que la préexistence de maladies chroniques, le sexe masculin et l'âge avancé sont des facteurs associés à la détérioration ;
  • pour les participants initialement diagnostiqués avec une sarcopénie sévère, la probabilité d'amélioration est faible et 71% sont décédés au cours de la période de suivi.

 

Ces résultats soutiennent la nécessité d'interventions précoces pour préserver les fonctions physiques et cognitives et gérer la sarcopénie chez les personnes âgées», conclut l’un des auteurs principaux, le Dr Anna-Karin Welmer, maître de conférences au Karolinska Institutet. « De telles interventions permettraient très probablement de contrer la détérioration musculaire et d'améliorer la qualité de vie ».