Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

PLAIES INFECTÉES : Des pansements intelligents au peroxyde d'hydrogène

Actualité publiée il y a 2 années 4 jours 3 heures
ASM Microbe 2022
Ce e-pansement intelligent promet d’être une alternative, en particulier contre les infections à Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM) (Visuel Fotolia 132238711)

Ces pansements électroniques au peroxyde d'hydrogène, mais sans antibiotique, sont ici documentés, par cette équipe de la Mayo Clinic (Rochester) et de l'Université de l'État de Washington comme très efficaces dans le traitement des infections des plaies. Alors que l’usage des antibiotiques est très discuté dans la prise en charge des plaies infectées, ce e-pansement intelligent promet d’être une alternative, en particulier contre les infections à Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM). Ce dispositif vient d’être présenté lors de Microbe 2022, la réunion annuelle de l'American Society for Microbiology.

 

« Les infections des plaies sont courantes et peuvent être difficiles à traiter. Ainsi, il est important de développer de nouvelles stratégies, technologies et schémas thérapeutiques qui ne reposent pas sur les antibiotiques », explique l'auteur principal, le Dr Yash S. Raval, Ph.D., chercheur principal au département de microbiologie clinique à la Mayo Clinic (Rochester).

L’efficacité du dispositif est ici testée chez la souris, modèle de plaies infectées. Le nouveau pansement produisant du peroxyde d'hydrogène a permis en effet de réduire la charge bactérienne de la plaie de 99%, après 2 jours d’application.

Eviter la transition de la plaie chronique vers la plaie infectée

Chez les personnes porteuses de plaies, la prise en charge standard commence par le nettoyage de la plaie à l'aide de diverses solutions, notamment le peroxyde d'hydrogène, l'application de crèmes ou d'onguents antiseptiques et, dans certains cas seulement, l'administration d'antibiotiques. Si les plaies ne cicatrisent pas, elles peuvent évoluer vers le stade de plaie chronique, un stade particulièrement difficile à gérer.

 

Plaies chroniques et biofilm : la recherche a montré que les plaies chroniques abritent souvent des biofilms (communautés de micro-organismes se fixant sur le lit de la plaie). Les bactéries « réunies » dans de tels biofilms peuvent se développer et résister au traitement antibiotique, c'est pourquoi elles sont difficiles à traiter, même avec un traitement antibiotique prolongé. De plus, l’utilisation prolongée d'antibiotiques peut entraîner la sélection de bactéries résistantes aux antibiotiques.

La présence de biofilms retarde considérablement la cicatrisation des plaies

Et ces plaies porteuses de biofilm sont plus fréquentes chez les patients plus âgés, diabétiques ou immunodéprimés, qui sont donc plus vulnérables aux infections.

 

S’inspirer du lavage standard de la plaie : une solution de peroxyde d'hydrogène est utilisée pour nettoyer les plaies. Bien que le peroxyde d'hydrogène ait des propriétés antibactériennes et cicatrisantes, la solution de peroxyde d'hydrogène est chimiquement instable et, par conséquent, ses effets sont de courte durée. L’équipe a donc eu l’idée de développer un pansement qui permette de libérer en continu du peroxyde d'hydrogène, grâce à l'application d'une tension négative spécifique.

 

Une première preuve de concept est obtenue ici chez la souris modèle de plaie infectée, avec « du » SARM ayant formé des biofilms. Grâce à ce pansement intelligent, le biofilm bactérien est réduit de 99 %.

ABONNEMENT PREMIUM

Accédez sans limite à plus de 15 000 actualités