Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

PLAQUE DENTAIRE chez la mère, Candida albicans chez l’Enfant

Actualité publiée il y a 1 mois 3 semaines 6 jours
PLoS ONE
Une nouvelle motivation, pour les mamans, de bien veiller à leur hygiène buccodentaire (Visuel Adobe Stock 3724822079)

Les mères présentant des niveaux élevés de plaque dentaire sont 8 fois plus susceptibles de transmettre à leur bébé Candida albicans, un champignon impliqué dans la carie dentaire. Cette étude originale, menée à l’Université de Rochester et à l’Université du Koweit, apporte dans la revue PLoS ONE, une nouvelle motivation, pour les mamans, de veiller, aussi pour leurs enfants, à leur bonne hygiène buccodentaire.

 

Candida albicans est un champignon pathogène documenté récemment comme impliqué dans le développement des caries sévères de la petite enfance (S-ECC : severe early childhood caries). La colonisation orale de C. albicans commence à la naissance, mais l'implication de la mère dans la transmission de ces levures à leurs enfants reste mal comprise.

 

Ici, le typage d’isolats oraux de Candida albicans prélevés chez ces mères et leurs bébés, révèle une forte parenté génétique chez ces paires mère-enfant, au début de la vie.

Lhygiène bucco-dentaire de la mère facteur majeur de transmission à l’enfant 

L’étude est menée à partir d’une cohorte prospective mère-enfant pour évaluer la contribution maternelle de la colonisation orale de C. albicans au début de la vie. Les chercheurs ont effectué des prélèvements oraux auprès de 160 paires mère-enfant pendant la grossesse et de la naissance aux 2 ans de l’enfant. Le séquençage du génome entier a permis de recueillir les informations génétiques des isolats de C. albicans et d’examiner leur parenté génétique entre les mères et leurs enfants. Des modèles statistiques ont ensuite permis d’identifier les facteurs associés à l’acquisition de C. albicans chez l’Enfant (par transmissions horizontales et verticales). Au total, 227 isolats oraux de C. albicans ont été obtenus 58 %) des paires mère-enfant. L'analyse révèle :

 

  • 16 complexes clonaux (mêmes séquences ADN) et 6 clades (groupe de descendants d’une même souche), le clade 1 le plus peuplé, réunissant 124, soit 54 % des isolats ;
  • 94 % des mères et des enfants atteints de C. albicans par voie orale portent des souches hautement génétiquement apparentées, ce qui met en évidence une forte influence maternelle sur l'acquisition de C. albicans par leurs enfants ;
  • si des facteurs tels que l’origine ethnique, le mode d’accouchement et les comportements alimentaires ne semblent pas « jouer » sur cette transmission verticale de C. albicans, l’état d’hygiène bucco-dentaire de la mère, reflété par l’indice de plaque dentaire (IP), apparaît comme un facteur majeur de cette transmission de la mère à l’enfant ;
  • les mères qui présentent une accumulation de plaque dentaire plus élevée induisent un risque significativement accru de transmission verticale de C. albicans à leurs nourrissons ;
  • ce risque de transmission verticale est alors multiplié par 8 ;

  • les nourrissons gardés en structure d’accueil présentent un risque plus élevé de contracter C. albicans par transmission horizontale.

 

Ces résultats mettent donc en évidence le rôle important de la transmission maternelle dans l'acquisition orale de C. albicans au début de la vie. Le dépistage oral fongique maternel et la mise en œuvre de programmes d'éducation en matière de santé bucco-dentaire pendant la phase périnatale pourraient permettre de prévenir la transmission fongique au début de la vie et de l’enfance.