Vous recherchez une actualité
Actualités

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE : Nouvelle percée thérapeutique

Actualité publiée il y a 2 mois 4 semaines 1 jour
The Lancet Rheumatology
Ce nouveau médicament non seulement supprime l'inflammation, mais réduit également considérablement les scores de douleur rapportés par les patients (Visuel Adobe Stock 304058462)

C’est une réelle percée dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde (PR) que ce nouveau médicament qui non seulement supprime l'inflammation, mais réduit également considérablement les scores de douleur rapportés par les patients. Ce médicament biologique, un anticorps monoclonal, dont l’efficacité vient d’être documentée dans le Lancet Rheumatology, cible et supprime une cytokine inflammatoire clé.

 

L’équipe des universités d'Oxford et de Birmingham, dirigée par le professeur Chris Buckley ont mené cet essai multicentrique centré sur la posologie, soutenu par la société pharmaceutique GSK. L’essai aboutit à l’efficacité clinique du médicament otilimab pour prévenir l'inflammation, les lésions tissulaires et la douleur chez les personnes atteintes de PR. L’otilimab se lie au Granulocyte–macrophage colony-stimulating factor (GM-CSF), une glycoprotéine qui agit comme une cytokine, ce qui empêche GM-CSF de lier aux cellules inflammatoires pour permettre leur prolifération et leur activation.

Une réduction rapide de l’inflammation articulaire

L'essai a évalué les effets de 5 doses d'otilimab (22,5 mg, 45 mg, 90 mg, 135 mg ou 180 mg) vs placebo chez 222 patients atteints de PR active qui ont reçu des injections sous-cutanées hebdomadaires pendant 5 semaines, puis une semaine sur 2 pendant un an. Une particularité de l’étude est que si un témoin ne voyait pas d'amélioration après 12 semaines, il était automatiquement transféré à la dose la plus élevée d'otilimab à 180 mg.

La fonction et la douleur des participants ont été évaluées. L’analyse constate que :

  • le traitement par l'otilimab apporte une réduction rapide de la sensibilité et du gonflement des articulations et les patients rapportent une réduction très significative de la douleur.

 

La première thérapie biologique à double effet : en effet, l’otilimab est le premier médicament, dans le traitement de la PR, à supprimer l'inflammation et à calmer la douleur simultanément : « c’est la première fois que nous assistons à une thérapie biologique, la première dans l'espace rhumatoïde, qui en offre deux pour le prix d'un ».

 

Cet essai a par ailleurs posé les bases de l'essai CATALYST, toujours mené par les équipes d’Oxford et de Birmingham, qui mesure l'efficacité du GM-CSF et d'un autre médicament anti-inflammatoire (anti-TNF) dans le traitement du COVID-19.

Autres actualités sur le même thème