Actualités

RAPPEL VACCIN COVID : Contre Omicron, sa protection ne dure que 3 mois

Actualité publiée il y a 2 mois 1 semaine 5 jours
The Lancet Respiratory Medicine
La protection contre Omicron, conférée par le rappel ou 3è dose du vaccin COVID-19 diminue très rapidement, après 3 mois seulement (Visuel Adobe Stock 439627858)

Les données de protection vaccinale évoluent avec l’émergence des nouveaux variants. Ce point de virologues du Kaiser permanente (Californie) révèle que la protection contre Omicron, conférée par le rappel ou 3è dose du vaccin COVID-19 diminue très rapidement, après 3 mois seulement. Ces données réactualisées, publiées dans le Lancet Respiratory Medicine, qui ne contestent pas l’efficacité du rappel (ici du vaccin à ARNm Pfizer/BioNTech) COVID-19 alerte sur une réduction de moitié de la protection à 3 mois.

 

En résumé, le rappel du vaccin Pfizer offre une forte protection, d'environ 80% à 90%, au cours des premiers mois, contre les hospitalisations et les visites aux urgences causée par les variantes delta et Omicron. Cependant, contre Omicron, cette protection diminue très rapidement avec le temps. L’auteur principal, le Dr Sara Y. Tartof, épidémiologiste au Kaiser Permanente Southern California souligne que ces conclusions sont en ligne mais « dramatisent » en quelque sorte de précédentes estimations.

 

L’étude a analysé les dossiers du Kaiser Permanente correspondant à 11.123 hospitalisations et visites aux urgences pour infection respiratoire aiguë, sur la période de décembre 2021 à février 2022, une période de circulation des variantes delta et Omicron. Cette analyse conclut que :

 

  • après 2 doses du vaccin, l'efficacité à 9 mois contre Omicron est de 41 % contre l’hospitalisation et de 31 % contre les visites aux urgences ;
  • après 3 doses, l'efficacité contre l'hospitalisation liée à Omicron est de 85 % à moins de 3 mois,

  • mais tombe à 55 % à 3 mois ou plus ;

  • après 3 doses, l'efficacité contre les visites aux urgences liées à Omicron atteint 77 % à moins de 3 mois mais tombe à 53 % à 3 mois ou plus.

 

Ainsi, si le niveau de protection apporté par le rappel Pfizer contre Omicron est sensiblement plus élevé que les niveaux observés après 2 doses, ce niveau de protection est inférieur à ceux observés pour d’autres variants et chute très rapidement.

 

Les scientifiques appellent ainsi à adapter les vaccins aux souches actuellement en circulation et de travailler déjà à des plateformes permettant d’adapter les vaccins aux vagues ultérieures de COVID-19 causées par de futures variantes ayant une capacité d’échappement probablement supérieure.