Actualités

RECONNAISSANCE VOCALE : Le capteur acoustique qui colle à la peau

Actualité publiée il y a 1 mois 3 semaines 5 heures
Advanced Materials
Mieux entendre avec la peau qu'avec les oreilles, c'est possible avec ce nouveau capteur (Visuel POSTECH)

Mieux entendre avec la peau qu'avec les oreilles, c’est la prouesse réalisée avec ce nouveau capteur acoustique fixé à la peau, développé par cette équipe de bioingénieurs et de spécialistes de génie mécanique de l’Université des sciences et technologies de Pohang (POSTECH, Corée du Sud). Alors que la reconnaissance vocale est de plus en plus répandue dans notre quotidien, celle nouvelle technologie pratique promet, dans la revue Advanced Materials, de multiples et larges applications.

 

Il n’est plus besoin de se tenir à proximité d’un dispositif comme une enceinte bluetooth ni d’articuler avec précaution. Avec ce capteur, la peau de notre corps devient capable de reconnaître la voix, il est possible de « lui » poser des questions, d'écouter de la musique, d'envoyer des messages texte ou de contrôler les systèmes de navigation GPS.

Le nouveau capteur utilise des matériaux polymères plus flexibles et peut être fixé sur de grandes surfaces du corps ou même sur le doigt. (Visuel POSTECH)

Un capteur acoustique à base de polymères pouvant être fixé sur la peau

Le microphone, de toute petite taille, peut être facilement fixé à la peau. C’est un système micro-électromécanique (microelectro-mechanical systems - MEMS) du même type que les microphones MEMS conventionnels utilisés dans les téléphones cellulaires. Cependant, les microphones MEMS conventionnels sont constitués de silicium rigide et cassant, il est donc difficile de plier le microphone et toute flexibilité interfère avec la capacité de détection du dispositif. Le nouveau capteur utilise des matériaux polymères plus flexibles et peut être fixé sur de grandes surfaces du corps ou même sur le doigt.

 

Une plage auditive supérieure à celle de nos oreilles : ce test révèle une sensibilité auditive supérieure à celle des oreilles humaines, une reconnaissance parfaite des sons environnants et de la voix de l'utilisateur sans distorsion. Ainsi, la qualité de la détection de la voix est comparable à celle des téléphones portables ou des microphones de studio. De plus, le nouveau capteur peut détecter à la fois les sons forts de plus de 85 décibels, une plage qui cause des dommages auditifs, et des sons à si basse fréquence que les humains ne peuvent pas les entendre. Lorsque le capteur est connecté à un programme d'assistant vocal commercial (comme Google Assistant), l'utilisateur peut rechercher, et contrôler des appareils ou des fonctions sans difficulté.

 

De multiples applications : le capteur peut en effet être utilisé en association avec tous les dispositifs de reconnaissance vocale et les interfaces homme-machine.

Prochaine étape,

une peau électronique auditive,

intégrée à des capteurs de pression et de température pouvant être attachés à la peau, à des écrans flexibles et autres.