Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

SANTÉ OSSEUSE : La prématurité c'est moins de fractures plus tard dans la vie ?

Actualité publiée il y a 5 mois 3 semaines 4 jours
Journal of Bone and Mineral Research
La santé osseuse peut être préservée en cas de prématurité (Visuel Adobe Stock 431920443)

Les nouveau-nés prématurés et les bébés de faible poids de naissance risquent moins de fractures dans l'enfance que les autres enfants, nés à terme, conclut cette étude épidémiologique, menée à l’University of Eastern Finland. Des données, publiées dans le Journal of Bone and Mineral Research qui emportent une implication positive : la santé osseuse peut être et est préservée en cas de prématurité.

 

Les enfants nés très avant terme ou avec un poids de naissance extrêmement faible sont connus pour être à risque de maladie osseuse métabolique, car l'accumulation fœtale de minéraux se produit principalement au cours du troisième trimestre de grossesse. De précédentes études mais de petite taille, ont signalé un risque accru de fractures dans l'enfance chez les enfants nés avant terme. Une autre étude finlandaise, citée par les auteurs, a révélé que les nourrissons prématurés continuent d'avoir une densité minérale osseuse plus faible, même à l'âge adulte.

 

L’étude n'a pas cherché à confirmer les processus biologiques pouvant être éventuellement en cause dans le risque de fracture osseuse à l’Enfance, cependant une explication de l’incidence réduite des fractures chez les enfants nés prématurément réside probablement dans une pratique moindre ou plus "sécure" de l’exercice physique et une surveillance plus rigoureuse de la part des parents.

 

Les chercheurs de l'Université de Finlande et de l'Hôpital universitaire de Kuopio analysent ici les données d’une étude de cohorte basée sur le registre national des naissances, le registre des soins de santé et les données fournies par Statistics Finland. L'analyse a porté au total sur les données d’1 million d'enfants et de près de 100.000 fractures recensées chez ces enfants. Les chercheurs ont donc pu regarder si les bébés prématurés et de faible poids de naissance ont un risque accru de fractures dans l’enfance. L’analyse constate que :

 

  • les bébés prématurés et de faible poids de naissance subissent une incidence significativement moindre de fractures dans l'enfance, que les enfants nés à terme ;
  • la différence est particulièrement évidente chez les enfants nés avant la 32e semaine de grossesse, dont le risque de fractures dans l’enfance est réduit de 23 % ;
  • l’incidence des fractures est également réduite chez les enfants nés avec un faible poids de naissance, ici inférieur à 2.500 g, et encore plus chez les enfants nés avec un poids de naissance inférieur à 1 kilo.

Le risque de fractures dans l'enfance s'explique ainsi par d'autres facteurs qu'un effet de la prématurité sur les os,

et très probablement par une moindre participation de ces enfants à des sports ou des activités à risque, ainsi que par une surveillance plus rigoureuse des parents.

 

Les chercheurs poursuivent actuellement leurs recherches pour savoir si les troubles de croissance fœtale ou une croissance anormale par rapport au terme de la grossesse, sont associés à des différences de risque de fracture osseuse.

Plus sur le Blog Pédiatrie

Autres actualités sur le même thème