Vous recherchez une actualité
Actualités

SCLÉROSE en PLAQUES : La greffe de cellules souches prometteuse de rémission à long terme

Actualité publiée il y a 2 années 6 mois 2 semaines
Neurology

Il n’existe actuellement aucun remède définitif contre la sclérose en plaques (SEP), seulement des traitements permettant d’atténuer les symptômes, des symptômes qui peuvent évoluer vers un handicap irréversible…Ce sont donc des résultats pleins d’espoir, qui confirment l’efficacité de la thérapie immunosuppressive à forte dose suivie d'une greffe de cellules souches autologues du patient : ici une rémission prolongée de la sclérose en plaques à forme rémittente est obtenue chez une majorité des patients traités. Des données complètes de l’essai HALT-MS publiées dans la revue Neurology qui, précisément, concluent à l’absence de progression de l'incapacité, de rechute des symptômes de SEP ou de nouvelles lésions cérébrales, chez 69% des participants traités.

La sclérose en plaques(SEP) est une maladie auto-immune dans laquelle le système immunitaire du corps attaque les cellules du patient. Les cellules T modifiées détruisent la gaine de myéline entourant les cellules nerveuses. La myéline protège les voies nerveuses et est donc essentielle à la capacité des cellules nerveuses à transmettre l'information. La maladie entraîne des troubles musculaires, de l'équilibre et de la vision. 85% des patients sont atteints par la forme rémittente de la maladie, qui se manifeste par poussées, avec l'apparition de troubles moteurs, sensitifs et cognitifs, qui régressent en quelques semaines. La SEP représente aujourd'hui la cause la plus fréquente d'invalidité neurologique chez l'adulte jeune.


L'étude « HALT-MS » a été mené chez 24 patients atteints, âgés de 26 à 54 ans, atteints de la forme récurrente-rémittente et qui, en dépit de médicaments, ont connu une inflammation active, des rechutes sévères fréquentes et des lésions neurologiques étendues. L'analyse montre que 5 ans après avoir reçu le traitement, soit une thérapie immunosuppressive à haute dose suivie d'une greffe de cellules hématopoïétiques autologues, plus de 2 patients sur 3 survivent sans progression des lésions cérébrales et sans aggravation des symptômes. Parmi ces patients qui ont bien répondu, de nombreux patients n'ont pas pris de médicaments contre la SEP après le traitement.

Un traitement ponctuel plus efficace que les médicaments disponibles : Selon les chercheurs, ces résultats suggèrent que ce traitement ponctuel peut être beaucoup plus efficace que le traitement à long terme avec les meilleurs médicaments disponibles pour les personnes atteintes de la forme rémittente de la SEP. Ces résultats encourageants vont motiver la mise en œuvre d'un grand essai randomisé permettant de comparer directement la thérapie à la norme de soin standard.

Quel principe ? Le traitement expérimental a pour but de supprimer la maladie active et de prévenir toute autre incapacité en supprimant les cellules pathogènes et en réinitialisant le système immunitaire. Pendant la procédure, les médecins collectent les cellules souches du sang du patient, qui suit une chimiothérapie à forte dose pour épuiser le système immunitaire, puis les médecins greffent les cellules souches pour reconstruire le système immunitaire. Le traitement comporte certains risques, et de nombreux participants ont connu les effets secondaires sévères, mais « prévus ». De plus si 69% des patients sont restés en rémission, certains ont même présenté des améliorations dont le rétablissement de la mobilité ou d'autres capacités physiques.

Globalement les résultats sont très prometteurs, souligne le Dr Richard Nash, du Colorado Blood Cancer Institute qui a dirigé l'essai HALT-MS. Si ces résultats étaient confirmés par de plus grandes études, la thérapie pourrait devenir une option thérapeutique de première intention pour les patients atteints d'une SEP active en particulier pour ceux qui ne répondent pas aux thérapies existantes.

Autres actualités sur le même thème