Actualités

SÉCHERESSE OCULAIRE : Du meibum à la rescousse ?

Actualité publiée il y a 4 années 8 mois 4 semaines
Faseb Journal
Les acides gras à chaîne très longue pourraient prévenir la sécheresse oculaire ou le syndrome des yeux secs

Avec l’usage des ordinateurs, des smartphones et le port plus fréquent de lentilles de contact une personne sur 10, estiment ces chercheurs japonais, souffre de sécheresse oculaire. Cette équipe de l’Université d'Hokkaido suggère les acides gras à chaîne très longue pour prévenir la sécheresse oculaire ou le syndrome des yeux secs : ses travaux, présentés dans le Faseb Journal et menés chez la souris, montrent que l’absence ou l’insuffisance de ces acides gras dans la couche la plus superficielle du film lacrymal provoque une forme sévère de la maladie des yeux secs.  

 

Le film lacrymal se compose de 3 couches de base :

  • la mucine (couche de Glycocalyx),
  • l'eau (couche aqueuse),
  • et les lipides (Voir schéma) qui contribuent à prévenir l'évaporation de l'eau de la surface oculaire et protègent contre les infections.

Cette étude montre que les lipides à chaîne très longue préviennent la maladie des yeux secs chez la souris.

 

Le film lacrymal remplit diverses fonctions, en particulier le maintien d'une surface lisse pour la réfraction de la lumière, la lubrification de la cornée et de la conjonctive, et l'apport d'oxygène et de nutriments à la cornée. On pourrait penser que les larmes sont simplement de l'eau, mais en réalité le film lacrymal est composé de ces 3 couches de base (mucine, eau et lipides) aux fonctions multiples et indispensables pour la santé oculaire. Le film lipidique en particulier, alors qu’environ 80% des cas de sècheresse oculaire sont causés par des anomalies de cette couche lipidique. Pourtant, alors qu’il existe des médicaments ciblant les couches d'eau et de mucine, aucun médicament n'a encore été développé pour traiter la couche lipidique.

 

Ces lipides du film lacrymal sont sécrétés par la glande de Meibomius (glandes sébacées situées dans l'épiderme des paupières) et ces lipides sont appelés Meibum, une chaîne moléculaire composée d'esters de cholestéryle et d'esters de cire. Cette chaîne de carbone est généralement très longue, ayant de 20 à 34 atomes de carbone constitutifs. Mais le rôle du meibum n’est pas tout à fait clair, en particulier dans la prévention de la sécheresse oculaire. L'équipe de l'Université de Hokkaido montre ici que des souris privées d’un gène qui code pour une enzyme qui allonge les chaînes d'acides gras, « Elovl1 » clignotent des yeux et présentent des signes de sécheresse oculaire, avec une augmentation de l'évaporation de l'eau du film lacrymal. A 5 mois, la plupart des souris ont développé des anomalies de la cornée probablement liées à cette sècheresse oculaire prolongée. Enfin, ces souris ont moins de meibum à très longue chaîne mais plus de meibum à chaîne courte. Elovl1 est étroitement lié à la synthèse du meibum à très longue chaîne, essentiel à la prévention de la sécheresse oculaire.

Des résultats qui suggèrent de nouveaux médicaments, « pro-meibum à très longue chaîne » pour traiter et prévenir le syndrome des yeux secs.