Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

STREPTOCOQUE A : Ces bactéries cachées dans la gorge

Actualité publiée il y a 9 mois 3 semaines 1 jour
The Lancet Microbe
Pas seulement les bactéries de l’impétigo, mais aussi les bactéries cachées discrètement dans la gorge se confirment comme la principale source de transmission du streptocoque A (Visuel Adobe Stock 56496457)

Pas seulement les bactéries de l’impétigo, mais aussi les bactéries cachées discrètement dans la gorge se confirment, avec cette étude du Peter Doherty Institute for Infection and Immunity (University of Melbourne) comme la principale source de transmission du streptocoque A et donc des infections et complications associées dont l’«angine streptococcique ». Cette recherche qualifiée de révolutionnaire, publiée dans le Lancet Microbe, décrypte le mécanisme de transmission des infections à streptocoques du groupe A (SGA) par portage asymptomatique de la gorge.

 

Le streptocoque du groupe A (SGA) ou Streptococcus pyogenes, est une bactérie déjà documentée comme principalement localisée dans la gorge (et sur la peau) de certaines personnes en bonne santé, porteuses asymptomatiques. L’infection à SGA peut entrainer des maladies bénignes dont des angines, mais aussi un impétigo, d’autres infections cutanées, et plus rarement la scarlatine. Dans certains cas, l’infection, lorsqu’elle est fortement invasive, peut entraîner des complications sévères comme des infections sanguines mortelles ou des cardiopathies rhumatismales.

Prendre en compte le rôle porteur de la gorge dans la transmission du SGA

L’étude jette un nouvel éclairage sur la dynamique de transmission de la bactérie SGA dans les milieux communautaires à haut risque où les bactéries sont plus répandues, dans l’objectif de pouvoir développer des stratégies de prévention plus efficaces. L’analyse génétique de centaines d'échantillons bactériens prélevés dans la gorge et sur des lésions d'impétigo révèle :

 

  • des liens directs entre les isolats récupérés de la peau et de la gorge, remettant en question la pensée commune selon laquelle le contact peau à peau est le principal mode de transmission ;
  • les bactéries trouvées dans la gorge de personnes asymptomatiques constituent la source probable des infections et jusqu’à dans 63 % des cas ;
  • les voies de propagation de la bactérie au sein et entre les ménages.

 

L’auteur principal, le Dr Bart Currie, de la Menzies School of Health Research, souligne que ces indices précieux vont permettre de mieux contrôler les infections cutanées dans les communautés où la connaissance de la transmission bactérienne restait limitée jusqu’à cette étude.

 

« Notre recherche suggère que les approches de santé publique ne devraient pas uniquement se concentrer sur les infections cutanées, mais aussi sur le rôle de « portage » de la gorge. Par exemple,

des vaccins qui cibleraient les bactéries dans la gorge

pourraient apporter une plus grande efficacité dans la prévention de la propagation de l'infection ».

 

Les implications sont donc considérables pour les approches de santé publique dont le développement de vaccins car elles remettent en question les connaissances sur la propagation de la bactérie.