Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

TUBERCULOSE : Le bacille présent dans l'air expiré de 90 % des cas suspects

Actualité publiée il y a 1 mois 1 semaine 3 jours
PNAS
Mycobacterium tuberculosis (Mtb), la bactérie responsable de la tuberculose (TB), est présente dans l'air expiré par 90 % des personnes suspectées d’avoir la maladie (Visuel Adobe Stock 112984573)

Mycobacterium tuberculosis (Mtb), la bactérie responsable de la tuberculose (TB), est présente dans l'air expiré par 90 % des personnes suspectées d’avoir la maladie. Ce chiffre inclut des patients négatifs aux tests d'expectoration conventionnels et qui n'ont pas encore reçu de diagnostic de TB. Ce chiffre soulève ainsi la possibilité d’une transmission silencieuse de l’infection, soit par des personnes qui ignorent qu’elles ont la maladie. La recherche, publiée dans les Actes de l’Académie des Sciences américaine (PNAS) illustrent à quel point il est et sera difficile d'éliminer la tuberculose dans les zones d'endémie.

Jusqu’à 4 ans avant et jusqu’à 6 mois après ?

L’étude : les chercheurs de l'Université du Cap et de l'UMC d'Amsterdam analysent ici les échantillons d’aérosols collectés dans un laboratoire communautaire d’aérobiologie dédié à la tuberculose de plus de 100 patients qui se sont présentés dans des cliniques du Cap. L’équipe utilise une méthode optimisée capable de détecter de faibles concentrations de Mtb. Cette analyse révèle que

 

  • Mycobacterium tuberculosis est présente dans les aérosols respiratoires de 90 % des patients suspects, y compris ceux dont les tests d'expectoration sont négatifs ;
  • la présence de Mtb est confirmée comme réduite chez les patients sous traitement, néanmoins, 20 % des participants continuent à être testés -avec la nouvelle méthode- positifs pour Mtb dans l’aérosol après 6 mois : cela suggère aussi que la période de transmission est plus longue que prévue ;
  • une autre étude récente de l'Université du Cap confirme également que la TB pourrait être présente dans les poumons jusqu'à 4 ans avant l'apparition des symptômes.

 

« Si une personne est porteuse de Mtb dans ses voies respiratoires, cela signifie qu’elle peut propager la bactérie. Nos résultats suggèrent ainsi qu’un éventail beaucoup plus large de personnes transmettent la tuberculose qu’on ne le pensait jusque-là, avec des implications en Santé publique pour limiter ces transmissions », commente l’un des auteurs, Ben Patterson, chercheur à l'UMC d'Amsterdam.

 

Un nouveau paradigme de la transmission de la TB : jusque-là les scientifiques pensaient que la bactérie n'était expulsée que par les patients atteints de la maladie, mais l’étude révèle que des patients « juste » symptomatiques et dont le test est négatif propagent probablement l'infection.

 

Pris ensemble, ces résultats illustrent à quel point la TB est une maladie complexe et combien il sera difficile de l'éradiquer dans les zones d’endémie. Il s’agira de gérer tout aussi efficacement les cas symptomatiques non diagnostiqués, ajoutent les auteurs. « En ce sens, une révision de nos pratiques semble incontournable ».