Vous recherchez une actualité
Actualités

TUBERCULOSE : Une autre course contre la montre

Actualité publiée il y a 6 mois 3 jours 5 heures
ECDC, WHO Europe
216.000 nouveaux diagnostics de TB ont été posés en 1 an pour la totalité de la région Europe (Visuel ECDC)

Alors que la pandémie de COVID-19 concentre toutes les attentions, il est une maladie contre laquelle la lutte prend tout autant des allures de course contre la montre. L’Agence européenne ECDC rappelle avec ce bilan portant sur l’année 2019 que si l’incidence de la tuberculose (TB) baisse en Europe, sa résistance aux médicaments augmente de manière continue, imposant à nos systèmes de santé un autre défi : ainsi seuls 43% des cas de tuberculose ultrarésistante sont aujourd‘hui traités avec succès en Europe.

 

Ces données recueillies pour 29 pays de l'UE / EEE font état d’un total de 47.504 cas de tuberculose, soit une incidence non négligeable de 9,2 cas pour 100.000. 216.000 nouveaux diagnostics de TB ont été posés en 1 an pour la totalité de la région Europe. Ainsi, si le fardeau de la TB semble globalement en baisse en Europe, si la mortalité diminue (de 9,4% entre 2018 et 2019), la TB vient juste après le COVID-19 en tant que maladie infectieuse et « tueuse », et la résistance de certaines de ces formes aux médicaments demeure une préoccupation majeure. Les experts européens relèvent également le ralentissement dans la lutte contre la tuberculose, associé à la pandémie de COVID-19.

Si le nombre de cas semble diminuer, seuls 77% des patients ont pu terminer leur traitement en 2019, bien en deçà du taux mondial de 85%.(Visuel ECDC)

En Europe, un patient sur 3 atteint, l’est par une forme pharmacorésistante de TB.

La prévalence de la TB n’est pas uniformément répartie en Europe : 83% des cas sont concentrés dans 18 pays, où l'incidence est 5 fois plus élevée que la moyenne de l'UE / EEE. 13 de ces pays à incidence élevée se trouvent en Europe orientale et en Asie centrale. Avant même le début de la pandémie de COVID-19, la qualité des soins comme les taux de dépistage ont marqué une certaine régression dans les pays à forte charge, ce qui suggère que de nombreuses personnes atteintes restent non diagnostiquées, ne reçoivent pas le traitement adéquat et puissent contaminer plus de personnes. Ce constat suggère également un nombre actuellement très sous-estimé de cas.

 

L’accès aux traitements reste insuffisant : seuls 77% des patients ont pu terminer leur traitement en 2019, bien en deçà du taux mondial de 85%.

 

Le défi des résistances : le taux de succès du traitement dans l'UE s’avère encore plus faible que le taux d’observance, avec seulement 64% des cas notifiés traités avec succès. Ainsi, seuls 59% des cas de tuberculose multirésistante (TB-MR : multidrug-resistant tuberculosis) notifiés dans la Région en 2017 ont été traités avec succès, seuls 43% des cas de tuberculose ultrarésistante (XDR-TB : extensively drug-resistant tuberculosis) ont été également traités avec succès.

Enfin, parmi les personnes vivant avec le VIH, 52% des patients co-infectés terminent avec succès le traitement antituberculeux, ce qui reste très en deçà du taux mondial de 76%.

« L'échec du traitement causé par le manque de médicaments antituberculeux efficaces et la faible observance du traitement, est l'un des facteurs qui alimentent la résistance ».

 

Le dépistage reste insuffisant : si le taux de dépistage est passé de 45% en 2015 à 69% en 2019, grâce aux tests rapides, ce taux reste en deçà de l'objectif de la stratégie mondiale de l’OMS.

 

Ainsi, la tuberculose constitue toujours une menace pour certaines régions de l'UE et continue d'affecter les personnes les plus vulnérables. L’Europe n’est pas particulièrement en bonne voie pour atteindre l'objectif d’éradiquer la maladie d'ici 2030 et globalement, sur toutes les données, bien en deçà des objectifs de l'OMS.

 

«Le COVID-19 a détourné l'attention et les ressources affectées jusque-là à la lutte contre la TB. Nous devons maîtriser la pandémie de COVID-19 mais pas au prix d'autres menaces pour la santé, comme la TB. Aujourd'hui, le risque que la tuberculose pharmacorésistante devienne encore plus résistante est réel, même en période pandémique, il y a urgence à agir ».