Vous recherchez une actualité
Actualités

ULCÈRE du PIED DIABÉTIQUE: L'oxygénothérapie ne réduit pas le risque d'amputation

Actualité publiée il y a 3 années 9 mois 3 semaines
Diabetes Care

Dans la lignée des recherches de nouvelles techniques ou thérapies pour accélérer la cicatrisation des plaies chroniques -définies comme au-delà d’un délai de cicatrisation supérieur à 4 à 6 semaines d'évolution- cette équipe de l'Université de Toronto n’identifie aucun bénéfice significatif de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des ulcères de pied diabétique. Des résultats qui contredisent une précédente étude de la Cochrane Library (2012)*.

Les patients diabétiques ont un risque 8 fois plus élevé de subir une amputation par rapport à la population non diabétique. Un patient sur quatre présentera une plaie au cours de sa vie et 85 % des amputations seront précédées par une plaie de pied. L'ulcère du pied diabétique qui touche 25% des patients diabétiques est directement associé à des infections des tissus et des os et peut ainsi conduire à l'amputation. En France, on recense entre 8 et 10.000 amputations par an à cause du diabète, 50.000 aux Etats-Unis. Au-delà de ce risque extrême, l'ulcère du pied diabétique est douloureux et handicapant, empêchant la marche et d'autres activités quotidiennes.


103 patients diabétiques atteints d'un ulcère du pied de grade 2 à 4 (5 : ulcère nécessitant l'amputation), réfractaires aux soins standards depuis 1 mois au moins, ont été répartis pour recevoir une oxygénothérapie hyperbare d'appoint (n= 49) ou un placebo (54), à raison de 5 séances par semaine pendant 6 semaines. Au cours de chacune des 30 séances, les patients du groupe traitement respiraient de l'oxygène à une pression de 244 kPa. Les patients ont été suivis pendant 12 semaines avec contrôle des infections, débridement, dispositifs de déchargement et soins de pansements. L'analyse montre que le groupe de patient ayant reçu l'oxygénothérapie hyperbare conserve un risque similaire d'amputation que les patients qui ayant reçu un traitement factice. Précisément,

· A 12 semaines, 11 des 49 patients du groupe traitement vs 13 du groupe témoin ont dû subir une amputation au niveau du genou,

· 14 patients du groupe traitement vs 13 du groupe témoin ont dû subir une amputation au niveau du pied,

· Aucune différence significative n'a été constatée entre les groupes au niveau de la taille de la plaie, son évaluation ou sa classification.

· Enfin 10 patients du groupe traitement vs 12 du groupe témoin sont parvenus à la cicatrisation.

Des résultats somme toute concordants : Certes la limite de cette étude est son petit échantillon et il n'est pas certain que certains sous-groupes de patients diabétiques avec des ulcères de pied chronique ne pourraient pas bénéficier de la thérapie, explique l'auteur principal, le Dr Fedorko. « Mais, à ce stade, nous ne pouvons pas recommander le recours à la thérapie pour le risque d'amputation ou pour accélérer la cicatrisation de ce type de plaies ». 2 précédents essais randomisés* portant sur l'oxygénothérapie hyperbare dans le traitement de l'ulcère de pied diabétique avaient déjà abouti à des conclusions mitigées avec des taux de cicatrisation étonnamment faibles dans les groupes de traitement, mais avec néanmoins un léger avantage vs placebo. Enfin, une dernière étude ** menée sur 793 patients montrait quant à elle une absence d'efficacité.

Autres actualités sur le même thème