Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

Une LONGÉVITÉ exceptionnelle passe par la stabilité du poids

Actualité publiée il y a 8 mois 2 semaines 2 jours
Journal of Gerontology
Chez les femmes plus âgées, maintenir un poids corporel stable est associé à des années de vie en plus et en bonne santé (Visuel Adobe Stock 97743704)

Chez les femmes plus âgées, maintenir un poids corporel stable est associé à des années de vie en plus et en bonne santé, souligne cette équipe de l’Université de Californie - San Diego. Cette analyse publiée dans le Journal of Gerontology, révèle ainsi que même une perte de poids de 5 % est associée à une « perte » de durée de vie. Il n’y a donc pas que la notion de poids de santé qui rentre en jeu dans la durée de vie en bonne santé mais également la notion de stabilité.

 

L’étude multi-institutionnelle montre en substance qu’atteindre l'âge de 90, 95 ou 100 ans, soit une longévité exceptionnelle est plus probable chez les femmes qui maintiennent un poids de santé après 60 ans. L’étude démontre que c’est presque une condition nécessaire : les femmes plus âgées qui ont maintenu un poids de santé stable sont ainsi 2 fois plus susceptibles d’atteindre ces âges avancés que les femmes qui accusent une perte de poids de 5 % ou plus.

 

L’étude a évalué les associations entre les changements de poids plus tard dans la vie et une longévité exceptionnelle sur un large échantillon de 54.437 femmes de la cohorte Women's Health Initiative, une étude prospective portant à l’origine sur les causes des maladies chroniques chez les femmes ménopausées. Tout au long de la période de suivi,

 

  • 56 % des participantes, ont survécu jusqu'à l'âge de 90 ans ou au-delà.
  • les femmes qui ont perdu au moins 5 % de leur poids corporel sont moins susceptibles d’atteindre une longévité « exceptionnelle » vs celles qui ont maintenu un poids stable ;
  • ainsi, les femmes qui ont perdu du poids involontairement ont 51 % de probabilité en moins de vivre jusqu’à 90 ans ;
  • une prise de poids de 5 % ou plus, vs un poids stable, n’est pas non plus associée à une longévité exceptionnelle.

 

Ainsi, alors que de nombreuses femmes plus âgées sont en surpoids ou souffrent d'obésité avec un indice de masse corporelle compris entre 25 et 35 ces données soutiennent plutôt la stabilité du poids corporel vs la perte de poids, à l’âge avancé. L’auteur principal, le Dr Aladdin H. Shadyab, professeur agrégé de sciences de la longévité humaine à l'UC San Diego commente ces résultats : « une perte de poids chez les femmes plus âgées qui ne la recherchent pas particulièrement peut être un signe avant-coureur de mauvaise santé, ce qui peut expliquer la réduction de la longévité ».

 

Les auteurs précisent cependant, que

les femmes même plus âgées devraient toujours suivre les conseils de leur médecin,

s’il leur recommande une perte de poids. Cependant, les recherches liant la relation entre le changement de poids et la mortalité confirment cette association entre stabilité du poids corporel et durée de vie en bonne santé.

L’idéal étant de maintenir un poids de santé, grâce à un mode de vie sain, tout au long de la vie.


Plus sur le Blog Gynéco

Autres actualités sur le même thème