Actualités

VACCIN COVID-19 : Et si le patch marchait mieux que l’aiguille ?

Actualité publiée il y a 2 semaines 3 jours 21 heures
Vaccine
Il s’agit d’un vaccin par patch qui « combat mieux les variantes que les aiguilles » (Visuel University of Queensland).

En cette phase de circulation de nouvelles sous-variants d’Omicron, une variante du virus SARS-CoV-2 responsable de la maladie COVID-19, cette équipe d’immunologues et de virologues de l’Université du Queensland nous présente, dans la revue Vaccine, un nouveau vaccin, adapté à ce nouveau contexte et dont l’efficacité est décrite comme plus élevée que celle des vaccins disponibles. Autre innovation et non des moindres, il s’agit "d’un vaccin par patch qui", écrivent les chercheurs australiens « combat mieux les variantes que les aiguilles ».

 

Ce candidat sous forme de patch microaiguilles est ici testé par une étude préclinique, menée sur des souris modèles d’infection à SARS-CoV-2. Il utilise une technologie nommée Vaxxas (HD-MAP : high-density microarray patch) et apparaît beaucoup plus efficace que l’injection traditionnelle, à neutraliser les variantes du COVID -19. L’auteur principal, le Dr Christopher McMillan résumer son concept : « ce patch microaiguilles à haute densité est un dispositif d'administration de vaccins qui délivre précisément le vaccin dans les couches de la peau riches en cellules immunitaires ».

Cibler directement de fortes densités de cellules immunitaires

Le patch plutôt que l’aiguille : L’étude révèle, chez la souris, que le candidat via patch est environ 11 fois plus efficace contre Omicron par rapport au même vaccin administré par injection. Les chercheurs précisent que cette efficacité est donc en partie liée au mode d’administration du vaccin : « Jusqu'à présent, chaque type de vaccin que nous avons testé via le patch, dont le vaccin par ARNm, virus inactivé ou conjugué, produit des réponses immunitaires supérieures par rapport aux méthodes traditionnelles de vaccination par injection ».

 

Une solution face à l’échappement des nouveaux variants ? Ce nouveau mode d’administration pourraitv représenter une nouvelle opportunité, face à la baisse rapide de la protection contre le COVID conférée par les vaccins actuels dans le contexte des nouvelles variantes. « Une efficacité réduite mise en évidence avec l’émergence de la variante Omicron, qui contient plus de 30 mutations dans la protéine de pointe. Ce grand nombre de mutations a donné au virus la capacité d'échapper aux réponses immunitaires générées par les vaccins actuels ».

 

Une solution pour un accès élargi à la vaccination : les patchs semblent non seulement plus efficaces contre les variantes émergentes, mais sont également beaucoup plus faciles à administrer que les vaccins par injection. Même si les vaccins actuels restent un moyen efficace de lutter contre les formes sévères du COVID.

« Ce n’est pas le moment de baisser la garde ».

Ces travaux décrivent ainsi et aussi une nouvelle plateforme technologique qui pourrait, plus largement, contribuer à mieux répondre aux urgences sanitaires mondiales, dont les futures pandémies.

 

La construction d’une première usine de fabrication est en cours à Brisbane pour soutenir la transition vers la commercialisation de ces candidats- patchs.