Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

VACCIN COVID-19 : Il réduit les complications cardiaques

Actualité publiée il y a 1 année 3 mois 2 semaines
JACC
La vaccination COVID-19 est liée une incidence réduite des complications cardiaques de la maladie (Visuel Adobe Stock 230079059)

La vaccination COVID-19 liée une incidence réduite des complications cardiaques de la maladie, c’est la conclusion de cette étude menée par des cardiologues de Icahn School of Medicine at Mount Sinai (New York). Cette très large analyse de grandes bases de données américaines, publiée dans le Journal of the American College of Cardiology (JACC) -et qui sera présentée lors de la 72e Réunion scientifique annuelle de l'American College of Cardiology- conclut à moins de crises cardiaques, d'accidents vasculaires cérébraux (AVC) et d'autres problèmes cardiovasculaires chez les personnes vaccinées, infectées par le SRAS-CoV-2.

 

Il s'agit de la première étude à examiner à la fois la vaccination complète et partielle et le lien avec l’incidence des événements cardiaques indésirables majeurs -aux États-Unis-. Cette analyse confirme les résultats d’une étude similaire menée récemment en Corée.

 

« Nous précisons l'impact d'une vaccination antérieure sur les événements cardiovasculaires chez les personnes qui développent le COVID-19 et montrons, en particulier chez les patients souffrant de comorbidités, un risque très réduit de complications. « Si nous ne démontrons pas le lien de cause à effet, nous retrouvons des effets bénéfiques déjà documentés, contre toute une série de complications post-COVID-19 », précise l'auteur principal, le Dr Girish N. Nadkarni, Professeur de Médecine à l’Icahn Mount Sinai.

 

L’étude analyse les données de la National COVID Cohort Collaborative (N3C), la plus grande base complète sur COVID-19. Depuis sa création en 2020, le N3C a continuellement collecté et harmonisé les données des dossiers de santé électroniques des établissements de santé de tous les Etats-Unis. Soit les dossiers électroniques de 1.934.294 patients, dont 217.843 se sont fait vacciner contre le COVID-19. L’analyse conclut que :

  • « même une vaccination partielle est associée à un risque moindre d'événements cardiovasculaires indésirables ».

 

Compte-tenu de l'ampleur de la pandémie COVID qui se poursuit dans le monde, l’étude engage, on l’aura compris, à ne « pas baisser les bras » sur la vaccination  en particulier pour les personnes plus âgées ou atteintes de comorbidités.