Vous recherchez une actualité
Actualités

VACCIN COVID-19 : Un patch à application unique fait ses preuves

Actualité publiée il y a 2 mois 2 semaines 3 jours
Science Advances
Les MAPs constituent une technologie de pointe basée sur le dépôt de sondes synthétisées à la surface et sous forme de rangées d'infimes gouttelettes, ou « spots » (Visuel Vaxxas)

Nouvelle piste de vaccin contre le COVID sans aiguille, suivie par une équipe de virologues et de bioingénieurs de l’Université du Queensland (UQ) qui travaillent, précisément sur un patch « microarray » (MAP : Microarray patch) haute densité (HD-MAP). Cet essai publié dans la revue Science Advances montre que le patch apporte, en un « seul clic » indolore, une protection contre la maladie COVID-19. Ces premiers résultats pourraient laisser espérer un moyen d'accélérer les efforts de vaccination, en particulier dans les pays en développement.

 

Les MAPs constituent une technologie de pointe basée sur le dépôt de sondes synthétisées à la surface et sous forme de rangées d'infimes gouttelettes, ou « spots ». Ici, les chercheurs australiens, testent avec succès la technologie sur des souris infectées et apportent une première preuve de concept de sa promesse pour la vaccination contre le virus SARS-CoV-2.

Un vaccin à dose unique, facile à distribuer et auto-administrable

L'étude teste le candidat vaccin Hexapro développé par une équipe de l'Université du Texas pour une administration nasale, mais se concentre plutôt sur le mode de délivrance par patch microarray que sur le candidat vaccin. L’auteur principal, le Dr David Muller, de l'École de chimie et de biosciences moléculaires de l'UQ confirme que :

 

  • le patch vaccinal permet d’induire de fortes réponses immunitaires, efficaces lorsque les souris sont exposées au SRAS-CoV-2 ;
  • l’administration par HD-MAP d’Hexapro est produit des réponses immunitaires meilleures et plus rapides que lorsqu’il est administré par injection ;
  • que les anticorps générés après administration par HD-MAP permettent de neutraliser plusieurs variantes, dont les variantes britanniques et sud-africaines ;
  • enfin, le vaccin, « appliqué à sec » sur le patch reste stable pendant au moins 30 jours à 25°C et une semaine à 40°C, et la chaîne du froid n’est donc pas indispensable à son stockage et à sa distribution.

 

Une administration simplifiée : « Il suffit de cliquer sur un applicateur sur la peau et 5.000 sondes microscopiques délivrent presque imperceptiblement le vaccin par voie cutanée ».

 

Prochaine étape : trouver de nouveaux financements pour lancer des essais cliniques dès que possible : « Hexapro, délivré par le HD-MAP, pourrait considérablement accélérer les campagnes vaccinales mondiales, en particulier pour les milliards de personnes plus vulnérables des pays à revenus faibles et intermédiaires ».

Ces résultats extrêmementen faveur de la vaccination par HD-MAP, avec des réponses immunitaires beaucoup plus fortes et plus protectrices contre COVID-19 que par injection classique, doivent encore être confirmés, en particulier avec des vaccins autorisés.

 

« Cependant, un vaccin à dose unique, facile à stocker et à distribuer, et surtout auto-administrable, pourrait considérablement améliorer les capacités mondiales de vaccination contre la pandémie ».