Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

VACCIN COVID : Quels sont les vaccins les plus efficaces pour le rappel ?

Actualité publiée il y a 1 année 6 mois 2 semaines
The Lancet
Quels sont les vaccins sûrs et efficaces pour le rappel (ou 3è injection) après les 2 doses de vaccin à ARNm (Pfizer/BioNTech et Moderna) ? (Visuel Adobe Stock 321710772)

Quels sont les vaccins sûrs et efficaces pour le rappel (ou 3è injection) après les 2 doses de vaccin à ARNm (Pfizer/BioNTech et Moderna) ?  Cet essai randomisé de phase II, mené à l’Université de Southampton confirme la sécurité et l’efficacité de 6 vaccins à accroître l’immunité vaccinale, après 2 doses d’un vaccin à ARNm. Cependant, l’étude, publiée dans le Lancet, révèle aussi de grandes variations dans les réponses immunitaires.

 

Précisément, 7 « boosters » augmentent l'immunité lorsqu'ils sont administrés 10 à 12 semaines après 2 doses du vaccin AstraZeneca et 6 après 2 doses de Pfizer-BioNTech. Cependant, de grandes différences sont constatées dans les réponses immunitaires, anticorps et cellulaires, entre les vaccins.

De plus, précisent les chercheurs, l’écart entre la deuxième dose et le rappel étant plus court qu'entre les deux premières doses pour la plupart des participants, cela a pu réduire le renforcement de l'immunité.

Premières données de sécurité et d’efficacité des vaccins COVID-19 pour la 3è dose

Le vaccin d’Astra-Zeneca ChAd est désormais déployé dans plus de 180 pays et celui de Pfizer dans plus de 145 pays. Deux doses de ChAd et de BNT apportent une protection (documentée) de 79 % et 90 %, respectivement, contre l'hospitalisation et le décès après 6 mois. Cependant, la protection contre l'infection au COVID-19 régresse avec le temps. D’où les décisions de 3è injection ou de booster, permettant de protéger au moins les personnes plus vulnérables, de réduire la pression sur les services de santé et d'atténuer l’impact économique de la pandémie.

 

L’essai COV-BOOST mené auprès de 2.878 participants, âgés de 30 ans ou plus et en moyenne de de 51 à 78 ans, a évalué la réponse immunitaire, plutôt que l'efficacité dans la protection contre les infections ou les maladies graves, 2 caractéristiques néanmoins étroitement liées. L’étude a examiné la sécurité, la réponse immunitaire (immunogénicité) et les effets secondaires (réactogénicité) de 7 vaccins lorsqu'ils sont utilisés comme troisième injection de rappel. Les vaccins étudiés étaient ChAd (Oxford, AstraZeneca), BNT (Pfizer/BioNTech), NVX-CoV2373 (Novavax), Ad26.COV2.S (Janssen), Moderna, VLA2001 (Valneva) et CVnCov (Curevac). L’analyse conclut que :

 

  • les 7 vaccins ne semblent poser aucun problème de sécurité : les effets indésirables signalés sont légers, il s’agit de la fatigue, de maux de tête et de douleurs au site d'injection et s’avèrent plus fréquents chez les jeunes. « Les données sur les effets secondaires montrent que :

les 7 vaccins peuvent être utilisés en toute sécurité en tant que 3e dose,

avec des niveaux acceptables d'effets secondaires inflammatoires tels que des douleurs au site d'injection, des douleurs musculaires, de la fatigue ».

 

  • Précisément, les réactions aux sept vaccins se sont avérées très similaires, la fatigue, les maux de tête et la douleur au site d'injection étant les effets les plus souvent signalés. Ces effets ont été plus fréquemment signalés par les personnes âgées de 30 à 69 ans. 912 des 2.878 participants ont ainsi connu un total de 1.036 événements indésirables. Seuls 24 cas d’effets indésirables ont été considérés comme graves.

 

  • Il existe une variation substantielle des réponses immunitaires provoquées par les différents rappels. Cette donnée, ajoutée à la disponibilité des vaccins dans le pays considéré et le niveau de renforcement de l’immunité nécessaire pour atteindre les objectifs nationaux de lutte contre la maladie, peut éclairer les décisions politiques sur les rappels vaccinaux. « Tous ont stimulé l'immunogénicité des protéines de pointe après deux doses d'AstraZeneca, mais seuls AstraZeneca, Pfizer-BioNTech, Moderna, Novavax, Janssen et Curevac l'ont fait après deux doses de Pfizer-BioNTech », commente le professeur Saul Faust, responsable de l'essai et directeur du NIHR Clinical Research Center de l’University Hospital Southampton.

 

  • Précisément, les augmentations des taux d'anticorps anti-protéine de pointe après 28 jours varient selon les vaccins. Après deux doses de ChAd, celles-ci varient de 1,8 fois à 32,3 fois selon le vaccin de rappel utilisé. Après deux doses de BNT, la plage est : de 1,3 fois plus élevée à 11,5 fois plus élevée. Des réponses significatives des lymphocytes T sont signalées avec plusieurs combinaisons.

 

  • À 28 jours, tous les résultats du rappel étaient similaires pour les participants âgés de 30 à 69 ans et ceux âgés de 70 ans ou plus.

 

Ainsi, nous disposons aujourd'hui, selon cette étude, d’une large gamme de vaccins, utilisant différentes technologies, ce qui peut permettre une certaine flexibilité dans le développement de programmes de rappel dans le monde, notamment en prenant en compte les contraintes d'approvisionnement et de logistique.

 

De prochaines recherches sont prévues pour évaluer l’immunité vaccinale 3 mois à un an après ce 3è rappel. Puis plus tard après 7 à 8 mois.

ABONNEMENT PREMIUM

Accédez sans limite à plus de 15 000 actualités