Actualités

VARIOLE du SINGE : Données d’efficacité de l’antiviral Tecovirimat

Actualité publiée il y a 5 mois 1 jour 9 heures
JAMA
Ce sont de nouvelles données sur l'innocuité et de l'efficacité du tecovirimat dans le traitement du « monkeypox » ou variole du singe (Visuel Adobe Stock 506754004)

Cette équipe d’infectiologues de l’Université de Californie Davis (UC Davis) apporte, dans le JAMA, de nouvelles données sur l'innocuité et de l'efficacité du tecovirimat dans le traitement du « monkeypox » ou variole du singe. Ainsi, l’antiviral apparaît sûr et efficace dans le traitement des symptômes du monkeypox et des lésions cutanées. L'étude, de petite taille est l'une des premières à évaluer et à rapporter les résultats du traitement des patients atteints de monkeypox avec cet antiviral.

 

« Nous disposons de données cliniques très limitées sur l'utilisation du técovirimat pour l'infection par le monkeypox. Il y a beaucoup à apprendre sur la progression naturelle de la maladie et sur la manière dont le tecovirimat et d'autres antiviraux peuvent l'affecter », résume l'auteur principal, le Dr Angel Desai, infectiologue à l’UC Davis Health.

 

Le tecovirimat (TPOXX) est un médicament antiviral approuvé par la FDA et l’Agence européenne pour le traitement de la variole. Il limite la propagation virale dans l'organisme en inhibant le travail de la protéine impliquée dans la libération du virus enveloppé. Le tecovirimat est autorisé pour le traitement des adultes et les enfants atteints d'infections à orthopoxvirus, dont le monkeypox. Ces experts en maladies infectieuses de l'UC Davis présentent ici les résultats du traitement chez 25 patients atteints de monkeypox.

 

La récente épidémie mondiale de monkeypox a entraîné plus de 45.500 cas dans le monde, au 22 août 2022. Alors que les symptômes disparaissent généralement d'eux-mêmes en 2 à 4 semaines, une étude récente a révélé que

13 % des patients atteints de monkeypox développent des formes graves et doivent être hospitalisés.

L’étude est menée auprès de 25 patients suivis au centre médical UC Davis, tous des hommes, âgés de 27 à 76 ans, entre le 3 juin et le 13 août 2022. 9 patients vivaient avec le VIH. Les patients présentant des lésions cutanées dans plusieurs parties du corps ou dans des zones sensibles telles que le visage ou la région génitale se sont vu proposer un traitement par técovirimat par voie orale. Le dosage était basé sur le poids, administré toutes les 8 ou 12 heures et le traitement était pris dans les 30 minutes suivant un repas riche en graisses. Les chercheurs ont recueilli des données cliniques lors de la première évaluation du traitement, puis par entretien en personne ou par téléphone au cours des jours 7 et 21 après le début de la thérapie.

 

  • un seul des patients avait reçu le vaccin contre la variole (il y a plus de 25 ans) ;
  • 4 autres ont reçu une dose de vaccin JYNNEOS après le début des symptômes ;
  • 92% des patients avaient des lésions dans la région génitale ou anale, tous les patients des lésions douloureuses, et environ la moitié moins de 10 lésions en tout sur le corps ;
  • les patients ont éprouvé, en moyenne, ces symptômes et ces lésions pendant 12 jours avant de commencer le traitement antiviral ;
  • 76% des patients avaient de la fièvre, 32 % éprouvaient de la fatigue, 20 % des maux de gorge, 20 % des frissons ;
  • les autres symptômes comprenaient des maux de dos (12 %), des douleurs musculaires (8 %), des nausées (4 %) et la diarrhée (4 %) ;
  • tous les participants ont terminé le traitement par tecovirimat et le traitement a bien été toléré ;
  • le traitement a duré 2 semaines, à l'exception d'un patient traité pendant 21 jours.
  • Au jour 7 du traitement, 40 % des patients avaient guéri de leurs lésions ;
  • au jour 21, 92 % avaient guéri et n’éprouvaient plus aucune douleur.
  • au jour 7, les événements indésirables les plus signalés sont la fatigue (28 %), les maux de tête (20 %), les nausées (16 %), les démangeaisons (8 %) et la diarrhée (8 %).

 

Cependant, « il est difficile de différencier les effets secondaires dus au traitement de ceux causés par l'infection »,

ajoute l’infectiologue George Thompson, co-auteur de l’étude et professeur de médecine interne à l'UC Davis School of Medicine.

 

Ces premières données sont précieuses, cependant l’étude est de petite taille et sans groupe témoin. Les résultats devront donc être confirmés par des essais à grande échelle afin d’explorer le dosage nécessaire à l'efficacité antivirale et le risque d’événements indésirables.