Vous recherchez une actualité
Actualités

VIEILLISSEMENT : La thérapie « chatouille » pour le ralentir

Actualité publiée il y a 2 semaines 14 heures 2 min
Aging
Une petite branche du nerf vague stimulable sans intervention chirurgicale, située dans la peau de parties spécifiques de l'oreille externe permet pourtant cette stimulation de manière non invasive.

Il s’agit à nouveau de la thérapie de stimulation transcutanée non-invasive du nerf vague (stimulation vagale par voie transauriculaire) qui confirme ses bénéfices contre le vieillissement, avec ces nouvelles données de l’équipe de l’Université de Leeds, présentées dans la revue Aging. Un simple dispositif se fixe à l'oreille et fournit une stimulation électrique en douceur, ce qui rééquilibre le système nerveux autonome. Cette thérapie « Tickle » qui vient donc "chatouiller" l'oreille avec un micro-courant électrique semble rééquilibrer le système nerveux autonome des personnes âgées de plus de 55 ans, et pourrait ralentir l'un des effets du vieillissement.

 

Les scientifiques montrent ici que même une courte thérapie quotidienne de stimulation transcutanée du nerf vague durant 2 semaines entraîne à la fois des améliorations physiologiques et du bien-être, une meilleure qualité de vie, une meilleure humeur et un meilleur sommeil. Les chercheurs suggèrent que la thérapie pourrait, en recalibrant le système de contrôle interne de l'organisme, ralentir un effet important associé au vieillissement.

L’oreille est une passerelle de régulation de l’organisme

Le système nerveux autonome contrôle de nombreuses fonctions du corps qui ne nécessitent pas de pensée consciente, telles que la digestion, la respiration, la fréquence cardiaque et la pression artérielle. Il comporte deux branches majeures, l'une sympathique et l'autre parasympathique, qui s'opposent pour maintenir un bon équilibre d'activité.

  • La « branche » sympathique aide le corps à se préparer à une activité de « combat ou de fuite » de haute intensité,
  • le système parasympathique est quant à lui crucial pour une activité de « repos et digestion » de faible intensité.

En vieillissant et en combattant les maladies, l'équilibre du corps évolue de sorte que la branche sympathique commence à dominer. Ce déséquilibre nous rend plus vulnérable aux nouvelles maladies et conduit, avec l’âge, à la dégradation de certaines fonctions corporelles.

 

 

Des chercheurs du monde entier étudient les effets de la stimulation transcutanée du nerf vague dans la prise en charge de toute une série de maladies, des troubles cardiaques à la santé mentale. Les cliniciens s'intéressent depuis longtemps au potentiel d'utilisation des courants électriques pour influencer le système nerveux. Le nerf vague, le principal nerf du système parasympathique, a souvent été utilisé pour la stimulation électrique et de précédentes recherches ont regardé son efficacité pour lutter contre la dépression, l'épilepsie, l'obésité, les accidents cérébrovasculaires, les acouphènes et les troubles cardiaques. Cependant, ce type de stimulation nécessitait jusqu’à récemment une intervention chirurgicale pour implanter des électrodes dans la région du cou, avec le risque d'effets secondaires.

Une petite branche du nerf vague stimulable sans intervention chirurgicale, située dans la peau de parties spécifiques de l'oreille externe permet pourtant cette stimulation de manière non invasive. L’équipe de Leeds a déjà montré que l'application d'un petit stimulus électrique au nerf vague de l'oreille, perçu comme une sensation de chatouillement, améliore l'équilibre du système nerveux autonome.

 

 

En rééquilibrant le système de contrôle interne de l'organisme, la thérapie pourrait aider à protéger les personnes âgées contre les maladies chroniques liées à l’âge, telles que l'hypertension, les maladies cardiaques et la fibrillation auriculaire et leur permettre de vieillir en meilleure santé, explique l’auteur principal, le Docteur Beatrice Bretherton, de la School of Biomedical Sciences de l’Université de Leeds : « L’oreille est comme une passerelle par laquelle nous pouvons réguler l’équilibre métabolique du corps, sans recourir à des médicaments ou à des procédures invasives ».

 

Des résultats qui ne constituent que « la pointe de l'iceberg » : les chercheurs souhaitent à ce stade poursuivre leurs recherches plus avant sur les bénéfices possibles à long terme de cette stimulation, les premiers résultats suggérant une excellente réponse au traitement. Une patiente âgée de 70 ans a reçu la thérapie à raison de 15 mn par jour durant 2 semaines comme 28 autres volontaires en bonne santé, âgés de 55 ans ou plus. Elle décrit l’expérience comme passionnante, bénéfique et lui ayant permis de mieux prendre conscience de sa propre santé. Globalement, la thérapie a conduit à :

  • une augmentation de l'activité parasympathique et à une diminution de l'activité sympathique, rééquilibrant la fonction autonome ;
  • des améliorations dans les mesures de la santé mentale et des habitudes de sommeil.

 

Ce rééquilibrage de l’activité du système nerveux autonome pourrait participer à un vieillissement en meilleure santé et aider les personnes atteintes de différents troubles ou maladies chroniques. L’'amélioration de l'équilibre du système nerveux autonome est déjà documentée comme un facteur de réduction du risque de décès, de besoin de traitement médicamenteux et d’hospitalisation. Il a déjà également été démontré que la thérapie entraîne des effets psychologiques positifs chez les patients souffrant de dépression.

Enfin, il sera possible, dans un futur proche, de déterminer les personnes les plus susceptibles de bénéficier de la thérapie.

 

 

« Nous pensons que cette stimulation peut faire une grande différence dans la vie des gens. D’autres études sont maintenant nécessaires pour comprendre quels pourraient être ses effets à long terme sur la santé- dans la mesure où cette étude a impliqué un petit nombre de participants sur une courte période ».

Autres actualités sur le même thème