Vous recherchez une actualité
Actualités

VIH: L'anneau vaginal préventif à base de dapivirine confirme son efficacité

Actualité publiée il y a 2 années 12 mois 4 jours
AIDS Conference 2016

Ces nouvelles données présentées à la Conférence AIDS 2016 apportent de nouvelles preuves d’efficacité de l'anneau vaginal à base de dapivirine, en prévention contre l’infection à VIH. Ces données viennent confirmer celles de précédentes analyses, publiées un peu plus tôt cette année : le « dapivirine ring » offre une protection significative contre le VIH lorsqu'il est utilisé de manière systématique.

Cet anneau vaginal très particulier, développé par l'organisation International Partnership for Microbicides (IPM) et qui s'utilise de manière préventive, contient de la dapivirine, un nouveau médicament antirétroviral. Cette nouvelle analyse porte sur les dernières données de 2 études toujours en cours, alors que la procédure d'autorisation de mise sur le marché a déjà commencé. Les analyses des premiers résultats de ces 2 grands essais cliniques de phase III, menés en Afrique, la Ring Study, led by IPM et l'étude ASPIRE menée par les U.S. National Institutes of Health (NIH) avaient déjà montré que l'anneau à base de dapivirine est capable de réduire en toute sécurité le risque d'infection à VIH-1 de 31% à 27% (respectivement selon les 2 études) vs placebo.


Cette nouvelle analyse constate que,

· chez les femmes qui utilisent l'anneau mensuel systématiquement, le risque d'infection est considérablement réduit, de 56% au moins,

· chez les femmes d'un sous-groupe très observant, le risque d'infection est réduit encore plus, de 75% au moins.

De nouvelles analyses qui confirment cet anneau à base de dapivirine comme une option majeure, pour les femmes qui ont besoin de toute urgence de nouveaux dispositifs de protection contre le VIH, explique le Dr Zeda Rosenberg, fondateur et dirigeant de l'IPM. Car le VIH continue sa propagation chez les femmes à un rythme alarmant, malgré les progrès dans le traitement, en particulier en Afrique subsaharienne où les femmes représentent près de 6 adultes infectés sur 10.

Quelles prochaines étapes ? Sur la base de ces résultats, deux autres études viennent d'être lancées, « DREAM » et « HOPE » qui vont tenter de mieux cerner les utilisations possibles de l'anneau vaginal et donc les situations sur lesquelles communiquer: « Il s'agit de mieux comprendre quand, pourquoi et comment les femmes utilisent l'anneau, et de développer des moyens efficaces pour soutenir son utilisation cohérente », expliquent les chercheurs d'IPM. Le principe ? Les femmes séronégatives ayant participé à l'étude Aspire se verront « offrir » l'anneau afin de pouvoir valider ses résultats d'efficacité dans la vraie vie.

D'autres dispositifs à base de dapivirine sont actuellement dans le pipeline d'IPM donc des films vaginaux et du gel rectal pour les femmes et les hommes, toujours à base de dapivirine.

Autres actualités sur le même thème