Vous recherchez une actualité
Actualités

VITAMINE D: Pourquoi les maux de tête sont plus fréquents durant l'hiver

Actualité publiée il y a 3 années 7 mois 6 jours
Scientific Reports

Ce n’est pas la première étude à associer les céphalées chroniques à une carence en vitamine C. Plus largement, cette étude ajoute aux preuves reliant un faible taux de vitamine D à un risque accru de maladies chroniques. Ces travaux de l’Université de l'Est de la Finlande, présentés dans les Scientific Reports concluent à un risque multiplié par 2 de maux de tête, en cas de niveaux faibles vs niveaux normaux.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

On prête à la vitamine D de multiples bénéfices (anti-infectieux, anti-inflammatoire, anti-tumoral, et cardio-protecteur) et à sa carence de nombreuses conditions médicales. Alors que maintenir des niveaux suffisants est possible en profitant raisonnablement de la lumière du soleil -qui peut apporter jusqu'à 90% de nos besoins en vitamine D- et en complétant ses apports par des aliments riches en vitamine D (poissons gras, viande rouge, foie, jaunes d'œufs et céréales complètes), en hiver et particulièrement dans certains pays ou régions moins ensoleillées, il peut être nécessaire de compléter ces sources « naturelles » par une supplémentation. Sur prescription bien sûr. Cette étude au départ sur le risque cardiaque ischémique conclut que les maux de tête chroniques sont fréquemment associés à des niveaux sériques de vitamine D plus faibles.


L'étude a analysé ces niveaux sériques de vitamine D et la survenue de céphalées chez environ 2.600 participants âgés de 42 à 60 ans.

  • Chez 68% de ces hommes, le taux sérique de vitamine D était < à 50 nmol / l, soit < au seuil de carence en vitamine D.
  • Les céphalées chroniques survenant au moins une fois par semaine ont été signalées par 250 participants,
  • Ces participants se trouvent présenter des taux sériques de vitamine D plus faibles que les autres.
  • Les chercheurs ont donc réparti ces participants en 4 groupes en fonction de leur taux sérique de vitamine D : le groupe au niveau le plus faible présente bien un risque de céphalées multiplié par 2 vs les niveaux les plus élevés.
  • Ces maux de tête chroniques interviennent majoritairement sur la période d'octobre à mai, ce qui confirme également l'association avec les niveaux de vitamine D, les niveaux moyens étant moins élevés pendant les mois d'hiver.

L'essai finlandais sur la vitamine D, FIND, en cours à l'Université de l'Est de la Finlande analyse les effets a contrario, de doses quotidiennes élevées de vitamine D (40 ou 80 microgrammes par jour) sur les facteurs de risque et le développement de maladies.

2017; 7: 39697 DOI: 10.1038/srep39697 Low serum 25-hydroxyvitamin D is associated with higher risk of frequent headache in middle-aged and older men

Plus de 50 études sur la Vitamine D

Lire aussi : VITAMINE D: Comment s'y retrouver ? -

Autres actualités sur le même thème