Vous recherchez un dossier
Dossiers

Des troubles de la continence peuvent toucher la Femme à toutes les étapes de la vie. A la jeunesse, lors d'une activité sportive par exemple, durant la grossesse, après l'accouchement et plus tard dans la vie. (1/15)

Article publiée dans santé log Soins à domicile n° 38-39 le

Epidémiologie de l'incontinence

Au cours de la grossesse, l'appareil urinaire subit de nombreuses modifications anatomiques et physiologiques. Ces modifications sont susceptibles d'entraîner des pathologies urologiques voire d'altérer la fonction rénale.

Les symptômes urologiques au cours de la grossesse et après, doivent être recherchés et traités.

La prise en charge sera adaptée au contexte gestationnel : antécédents urologiques, terme de la grossesse, pathologies obstétricales, etc... Elle sera confortée pour les cas difficiles par une prise en charge pluridisciplinaire associant obstétriciens, sages-femmes et urologues.

L'incontinence lors ou autour de la grossesse devrait bénéficier d'une offre de soins pluridisciplinaire obstétrico-urologique. En effet à long terme une prise en charge insuffisante et/ou inadaptée peut avoir des conséquences très invalidantes pour la patiente. Ce fléau handicapant de santé publique qu'est l'incontinence chez l'adulte doit être prévenu par une médecine préventive agissant sur les facteurs de risque.

Et la grossesse comme l'accouchement sont des facteurs de risque majeurs de l'incontinence.

La prise en charge de l'incontinence est primordiale pour permettre à la parturiente de vivre pleinement et positivement sa grossesse et son accouchement. Autrefois tabou, l'incontinence étant cachée et peu traitée, laissait aux femmes l'angoisse légitime de risquer d'être « abimée » par la maternité.

Aujourd'hui, elle reste largement tabou chez la jeune femme. Une bonne prise en charge curative efficace et préventive par des spécialistes de l'incontinence permettra à bon nombre de femmes de considérer et de vivre plus positivement leur grossesse.

Il faut se servir de la grossesse pour éduquer les patientes à prendre soin de leur vessie. Ainsi la maternité >pourra être perçue comme un facteur protecteur, tout comme l'est l'allaitement vis-à-vis du cancer du sein. Cela les protègera du risque d'incontinence pour les années à venir et contribuera aussi à réduire le risque d'incontinence sévère, plus tard dans la vie.

R.M.

Pour continuer à lire ce dossier, vous devez être identifié :

Je souhaite créer gratuitement mon compte

Créer votre compte gratuitement

Et accédez sans limite à
plus de 600 dossiers